Archive pour juillet 2008

Vu de Haute ProvenceQue ma joie demeure

jeudi 31 juillet 2008

C’était un soir magique, hier à Salagon. Au coeur du pays de Forcalquier, ce prieuré bénédictin rassemble à la fois un musée, un lieu d’expositions, un centre de recherche sur le patrimoine et des jardins (jardin des simples, jardin médiéval, jardin des senteurs).

Voilà plus de vingt ans, Jean-François et Marie-France Queyras, passionnés de musique, ont créé un festival de musique de chambre piloté par une équipe d’amis : les Rencontres musicales de Haute-Provence. Ils ont organisé, avec de jeunes musiciens, une sorte de "Folle journée" avant l’heure, journée continue, ouverte à tous où chacun peut librement entrer et sortir. Leurs deux fils, Pierre-Olivier et Jean-Guihen sont devenus de grands musiciens. L’un est violoniste et l’autre violoncelliste.

A la journée continue se sont ajoutés quelques concerts. Avant-hier, c’était un"boeuf" imprévu et mémorable avec Djamchid Chemirani, maître du zarb, qui était notre voisin quand nous nous sommes installés en Haute-Provence.

Hier soir, alors que la nuit provençale tombait sur Salagon, ils ont joué d’une manière totalement inspirée. Je n’ai jamais vu  des interprètes aussi habités par leur musique, et en même temps aussi fraternels et complices. Le concert s’est terminé par le "Quatuor pour la fin du temps" d’Olivier Messiaen. Même ceux qui sont rétifs sont rentrés dans une musique tragique, où la fin du temps est aussi la fin de l’homme. Jean-Guihen au violoncelle et Chen Halevi à la clarinette ont tiré de leurs instruments des sons venus de nulle part, qu’ils semblaient aller chercher dans l’espace pour les faire naître.

Cette oeuvre a été composée par Olivier Messiaen dans la faim et le froid, pendant l’hiver 1940-1941, au stalag VIII, en Silésie.

Quelqu'un m'a dit« Le silence des anneaux » (France Soir)

jeudi 31 juillet 2008

Ce n’était pas un pari absurde que de confier à la Chine l’organisation des Jeux Olympiques. C’est un immense pays, une grande civilisation et une grande puissance. Malgré toutes les résistances, le développement économique, la mondialisation, internet font que l’ouverture de ce pays est inéluctable.

En dépit de quelques timides progrès, elle tarde beaucoup.

Et  les Jeux Olympiques auraient pu être une formidable occasion d’accélérer l’histoire, tout en saluant la fierté chinoise et les accomplissements économiques de la Chine.

L’occasion est  manquée, par inertie et faiblesse du Comité International Olympique et par la lâcheté d’une majorité de dirigeants politiques dans le monde, plus occupés de contrats que de droits de l’Homme.

Les opposants sont bâillonnés, la presse muselée, internet censuré, les pauvres chassés. La répression s’accroît  même à l’approche des Jeux. La Chine dispose de plusieurs dizaines de milliers de cyberpoliciers.

Elle a inventé une nouvelle catégorie de délinquants : les cyberdissidents. Selon Amnesty International, 500.000 personnes seraient détenues sans inculpation ni procès.

L’air à Pékin est tellement pollué que des athlètes ont renoncé à certaines épreuves. D’autres viennent d’annoncer qu’ils porteraient un masque anti-pollution pendant toute la durée des Jeux.

Quant à mon cher Tibet, dont la survie culturelle est menacée, vous avez remarqué : on n’en parle plus

Bon voyage à la cérémonie d’ouverture, Monsieur le président !

Brèves de JoggingBrève de funérailles (en espérant ne pas choquer)

mardi 29 juillet 2008

Pour info : toutes les "brèves" sont issues de propos réellement tenus.

– Alors, tu vas y aller?

– Oui, il est venu à l’enterrement de mon père

– C’est vrai, il faut bien rendre, comme on dit

Brèves de JoggingBrève de shopping

mardi 29 juillet 2008

 

A la recherche d’un magasin de jouets. Appel aux renseignements, qui me relient à un centre commercial. Un homme d’une grande gentillesse répond:
– "Ici, nous avons toizarusse"
– Vous pouvez répéter?
– Oui, toizarusse.
– Eh bien merci beaucoup.

Clé de l énigme: toizarus = toys are us. Le provençal ne va quand même pas céder devant l’anglais!

Quelqu'un m'a ditLe Sarkozy tel qu’on le parle

mardi 29 juillet 2008

 

"On me reproche de m’occuper de tout mais on ne m’a pas élu pour que je ne m’occupe de rien"

Exemple typique de la dialectique sarkozienne. Bien sur, Président qu’on ne vous a pas élu (enfin, pas moi) pour que vous ne vous occupiez de rien! Mais entre tout et rien, il y a quelque chose: la mesure.

Socialiste!A propos de Jack Lang

samedi 26 juillet 2008

 

A propos des socialistes qui avaient fait campagne pour le non au referendum sur le Traité constitutionnel alors que les militants s’étaient à une nette majorité prononcés pour le oui,Jack Lang écrivait dans son livre Changer

"Personne ne leur demandait de renoncer à leurs convictions mais ils avaient le devoir de se plier à la règle de la majorité…Le collectif,dans un parti,est tout"

On ne saurait mieux dire

Socialiste!Non, les coûts français ne sont pas excessifs

vendredi 25 juillet 2008

Une récente étude KPMG confirme des données connues ces dernières années.

Des grands pays européens, la France est celui où il en coûte le moins d’installer une entreprise et celui où les salariés coûtent le moins cher (les salariés d’ailleurs, s’en aperçoivent !). La France se classe parmi les meilleurs pour son attractivité.

Ces données ne sont pas nouvelles : ces résultats ne sont donc pas dus à l’action de Sarkozy-Lagarde.

Cela prouve aussi que les 35 heures ne sont pas la catastrophe répétée tous les jours par la droite et les médias à son service.

Cela ne veut pas dire que tout va pour le mieux, loin de là.

Je reviendrai à la rentrée sur quelques pistes possibles pour changer la situation de la France et des Français.

 

Voir l’étude KPMG en cliquant ici.

Brèves de JoggingBrève de vélo

vendredi 25 juillet 2008

Exceptionnellement, ce n’est pas une brève de jogging, mais une chose entendue, et répétée, à la télévision dans le commentaire du Tour de France :

"Quand on est seul, on est sur de gagner. Mais quand on est deux à l’arrivée, c’est une chance sur deux"

Vu de Haute ProvenceLe Tour de France

mercredi 23 juillet 2008

Étape Cuneo (Italie) – Jausiers (Alpes de Haute Provence).

Cuneo, petite ville italienne de 50.000 habitants, avec un charme désuet, comme arrêtée dans les années 50, et pourtant active et vivante. Tant de liens unissent la Haute Provence et le Piémont, en particulier Cuneo : une histoire souvent partagée, une langue proche, le chemin des proscrits qui passaient, selon le cas, d’un côté ou l’autre de la frontière. Nous travaillons ensemble dans le cadre de programmes européens transfrontaliers. Aux gourmands, je recommande les cuneesi, chocolats au rhum, à acheter chez Arione.

Sur des affiches, on peut lire : "Sandro Pertini (l’ancien Président, grand résistant) et Jésus étaient eux aussi des sans papiers". Et aussi cette phrase magnifique : "La libertà è come l’aria".

Comme Nicolas Sarkozy s’est décommandé, j’ai la chance d’être dans la voiture de Christian Prudhomme, Directeur du Tour, c’est à dire de suivre l’étape juste derrière les échappés. Magnifique spectacle, les collines du Piémont, la Tinée, le  col de la Bonnette, le plus haut du Tour (2802 mètres), qui fait la frontière entre les Alpes-Maritimes et les Alpes de Haute Provence. Toujours cette foule enthousiaste, de tous âges, de tous milieux, de tant de pays, pour un des derniers spectacles gratuits. Le maire de Jausiers (1000 habitants), mon ami Lucien, nage dans le bonheur et trouve des mots tellement personnels et chaleureux pour féliciter les coureurs.

Je reviendrai l’an prochain sur le Tour.

Socialiste!La guerre des bonbons

dimanche 20 juillet 2008

Roselyne Bachelot avait annoncé qu’à compter du 1er juillet il n’y aurait plus de bonbons et autres sucreries à proximité des caisse des supermarchés, juste à hauteur des enfants.

Il suffit de faire les courses pour constater qu’il n’en est rien. Le représentant de la profession dit qu’il faudrait d’abord faire une étude !

Pourtant l’obésité est devenue un très grave problème de santé publique en France. On a annoncé divers plans et de nombreuses mesures. Mais c’est une question de mode de vie et d’éducation. Et, naturellement, les familles les plus modestes sont souvent celles qui se nourrissent le moins bien.

Regardez les Etats-Unis pour voir ce qui nous menace.

Nous, les socialistes, avions demandé l’interdiction complète des publicités à la télévision pour les produits gras et sucrés.

Résultat : lobbying effréné, la droite se couche et vous avez droit à une mention sous les pubs, dont l’efficacité est douteuse.

Qui a dit qu’il n’y avait pas de différence entre la gauche et la droite ?