Archive pour novembre 2008

Croire à l'EuropeNicolas Sarkozy fait annuler le vote des eurodéputés

vendredi 28 novembre 2008

Le Conseil des ministres européens a voté pour un texte global dans lequel la France avait préalablement retiré l’amendement 138 qui rendait illégal (la norme européenne étant supérieure) le projet de loi français dit "Hadopi" (pour plus de détails, je vous renvoie à mon précédent article). D’une certaine manière, nous assistons donc à un déni de démocratie.

Les autres Etats européens n’ont donc pas voté pour le retrait de l’amendement, c’est une décision unilatérale et autoritaire de la Présidence Française qui n’a pas voulu débattre d’un amendement voté par plus de 88% des députés du Parlement européen…

En effet, l’ensemble des textes de loi composant le Paquet Télécom a été adopté à partir du compromis proposé par la France, représentée par Luc Chatel et Éric Besson, et cela, malgré les efforts de la commissaire européenne Viviane Redding de faire obstacle à la demande française.

Guy Bono assure que lui et d’autres eurodéputés reposeront cet amendement en seconde lecture au Parlement européen. La motion E s’oppose à toute dérive répressive sur Internet et donc au projet de loi français. Nous soutiendrons donc une nouvelle fois le point de vue des eurodéputés.

Et comme l’a rappelé l’auteur de l’amendement 138 : "Les citoyens doivent savoir comment fonctionne l’Europe. Ce n’est pas le Parlement européen ni la Commission qui sont éloignés du peuple mais le Conseil des ministres qui privilégie les petits arrangements entre amis pour favoriser les intérêts de certains au détriment de l’intérêt général. Le Conseil, à l’image de Nicolas Sarkozy, donne une piètre image de la démocratie européenne".

Socialiste!Réforme audiovisuelle : une régression démocratique

mardi 25 novembre 2008

La réforme de l’audiovisuel public est en débat. Avec l’intersyndicale de France Télévision, nous nous opposons évidemment à la nomination/révocation du président de France Télévision par décret parce que cela attente à l’indépendance politique et éditoriale de France Télévision."

Côté financements, on constate leur insuffisance en remplacement de la publicité. L’audiovisuel public sera donc considérablement appauvri et va être contraint à ‘un plan social élyséen’."

Par ailleurs, on peut craindre sérieusement que la réforme entraîne la fermeture de certaines chaînes du groupe et remette en cause la dimension nationale de France 3."

À l’inverse de ce qui est proposé par la majorité UMP (à l’exception de quelques élus), je suis, comme toute la gauche parlementaire, solidaire des salariés de France Télévision mais également de sa direction qui souhaitent construire une "entreprise commune" et s’adapter aux mutations de la télévision et des nouvelles technologies.

Croire à l'Europe« Ne pas agir maintenant signerait l‘échec de notre politique économique »

mardi 25 novembre 2008

Pour Gordon Brown, "Ne pas agir maintenant signerait l‘échec de notre politique économique".

Le ministre des Finances britannique, Alistair Darling, va donc annoncer cet après-midi le plan de relance de l’économie britannique contenant les "stimulus fiscaux" défendus par le premier ministre britannique lors du dernier G20 à Washington. La pierre angulaire du plan sera une baisse franche, mais temporaire, de la TVA. Le taux passant de 17,5 % à 15 % pour une durée de un an et demi à deux ans. La TVA à 15 % est le minimum autorisé par l’Union européenne, et cette baisse coûterait 15 milliards d’euros par an au budget britannique.

Alistair Darling pourrait aussi annoncer une hausse du taux d’imposition pour les contribuables les plus riches. Une nouvelle tranche à 45 % – la plus élevée étant de 40 % actuellement – va être introduite au plus tard en avril 2011 pour les revenus annuels supérieurs à 150.000 livres (la première hausse de l’impôt sur le revenu au Royaume-Uni depuis 1975). En parallèle, une hausse des cotisations sociales de 0,5 % sera mise en oeuvre.

Par ailleurs, les allocations familiales seront augmentées avant l’heure, les plus pauvres seront encouragés à épargner, des logements sociaux seront construits ou rénovés, les PME se verront accorder des facilités de paiement.

Sur l’année fiscale, du 1er avril 2008 au 31 mars 2009, le Trésor devra emprunter 78 milliards de livres (91,6 milliards d’euros) pour faire face à ses engagements. En 2009-2010, cette somme montera à 118 milliards, soit 8 % du PIB.

Pour ma part, je pense que ce plan (et en parallèle, la volonté de Gordon Brown de coordonner les politiques budgétaires de l’Union) va plutôt dans le bon sens (même s’il faudrait aller plus loin et encourager la "croissance verte", revoir nos mode de consommations, etc.) et on aimerait que Nicolas Sarkozy soit autant entreprenant dans les actes et pas uniquement dans les paroles… La France s’est déjà exprimée contre une éventuelle baisse de TVA. Pourtant cette dernière aurait l’avantage incontestable de garantir une certaine transparence des plans de relance nationaux. En d’autres termes, ça permettrait de s’assurer que ces plans sont réels et ne correspondent pas à des sommes budgétées avant la crise.

Quelqu'un m'a ditSondages « bidons » BVA et OpinionWay

mardi 25 novembre 2008

Deux sondages ont eu droit à une importante publicité médiatique ces derniers jours. Comme à leur habitude, les questions posées sont biaisées ; comme à leur habitude, les résultats n’ont aucun sens. Cela ne semble pas importer puisque l’essentiel reste le coup médiatique.

Ces deux sondages ont été réalisé avant même que les militants et sympathisants socialistes soient informés de la situation réelle. En effet, ils datent du samedi 22 novembre, soit le lendemain du vote, alors même que les seuls résultats étaient ceux de la direction sortante du Parti dans lesquels manquaient des décomptes de certaines fédérations (et montraient une différence de 42 voix entre Ségolène Royal et Martine Aubry, à son avantage).

Du côté d’OpinionWay, faut-il rappeler que ses fondateurs sont tous trois d’anciens membres dirigeants d’Ipsos, sympathisants ou militants UMP ? Les méthodes de ces sondeurs sont toujours contestées et ne respectent aucun critère sérieux d’étude sondagière. Ses études sont effectués systématiquement ou presque pour des médias classés à droite.

On ne rappelle pas non plus les très importantes réserves sur les échantillons d’OpinionWay et leur représentativité…

Mais cette fois-ci, OpinionWay a fait encore plus fort dans son sondage du Figaro : la question -sensible – qu’ils ont posée sur le fait de revoter ou non au PS, est rédigée de la façon suivante : "Avec laquelle des deux opinions suivantes êtes vous d’accord : – Compte tenu de l’écart de voix, il faudrait revoter. – Même si l’écart de voix est très faible, il faut accepter le résultat tel qu’il est." Résultat 69% penchent pour la deuxième option, 21% pour la première. Chez les sympathisants socialistes c’est 63% contre 29%. Cela n’a évidemment rien de surprenant. Mais le problème n’est pas de savoir si on accepte ou pas le résultat d’un vote, mais si ce vote est régulier, entaché de soupçons ou pas. Or, de ces irrégularités dont nous parlons depuis la nuit de jeudi à vendredi, il n’en est nullement question dans le sondage d’OpinionWay. En fait OpinionWay a demandé à son échantillon s’il fallait respecter le principe démocratique ou pas, ce fameux principe d’une voix de majorité. Dès lors il est étonnant qu’il n’y ait que les 2/3 des sondés qui pensent qu’il faut respecter ce principe démocratique : le tiers restant a du se dire que quelque chose manquait ou clochait dans la question….

Du côté de BVA, l’étude acte qu’il y a eu victoire de Martine Aubry et défaite de Ségolène Royal (ce qui n’est pas le cas). Elle demande ensuite si Ségolène Royal a raison ou pas de ne pas reconnaître sa défaite… la réponse est donc dans la question.
 
Pierre Bourdieu, dans un article célèbre avait mis en garde contre les nombreux biais que peuvent susciter des sondages lorsqu’ils sont réalisés sans professionnalisme (ou avec de mauvaises intentions), notamment dans la rédaction de questions qui peuvent être hors sujet simplement pour produire de toute pièce une certaine opinion. Son article s’appelait : "l’opinion publique n’existe pas". Les dirigeants d’OpinionWay ont du oublier de lire ce classique de première année de science politique.

Bref, avec ces deux sondages (OpinionWay et BVA), on sait désormais qui est la candidate du pouvoir…

Aussi, on peut s’étonner que les sondages ne posent pas de questions du type :

"Etes-vous d’accord avec les cadeaux fiscaux de l’État en faveur des plus aisés pour un coût de 15 milliards par an ?"
"Etes-vous d’accord avec les aides publiques de l’État en faveur des entreprises qui ne respectent pas leurs engagements et licencient massivement ou délocalisent ?"
"Etes-vous d’accord avec la nomination de la majorité des membres du Conseil supérieur de la magistrature par le pouvoir exécutif et ainsi la mise sous tutelle de la justice ?"

Etc.

Quelqu'un m'a ditSocialiste!« Brisée »

samedi 22 novembre 2008

"J’ai attendu jusqu’à 3h15,

J’ai mis la radio à 8h,
Je suis brisée,
Je pleure comme pour les présidentielles,
J’attend.

Anne-Marie"

Socialiste!Lettres aux Camarades de la motion C

vendredi 21 novembre 2008

 equipe.jpg

 
 
 
 
 
 
 
 
 
Lettre ouverte aux camarades de la motion C
(rédigée par Patrick Allemand)
Cher(e) camarade,

Tu as voté pour la motion C le 6 novembre dernier et pour Benoit HAMON, hier soir.
Ce choix est tout à fait respectable et honorable. Il correspond à l’héritage d’une tradition politique majeure au sein du PS.

La ligne que tu as défendue est claire, la campagne que tu as menée dans nos fédérations a été propre et ton courant est représenté par deux dirigeant de grande de qualité.

Il y a Benoit HAMON, le « quadra », expérimenté puisque formé, il y a plus de 20 ans à la même école que moi, les clubs « Forum » de Michel Rocard avec Manuel VALLS et tant d’autres. C’es l’homme du MJS autonome. C’est le cofondateur du NPS. Sa volonté de rénovation est une constante et nul ne peut contester qu’il est la révélation de cette campagne interne.

Il y a aussi Henri EMMANUELLI, l’ancien, que je considère comme un grand monsieur, car la grandeur se mesure aux actes. Et trois dans son parcours politique m’ont marqué.

En 1995, Henri est notre 1er secrétaire. Il est candidat à la candidature pour l’élection présidentielle. Les militants choisissent Lionel JOSPIN qui accède au second tour mais s’incline face à Jacques CHIRAC en recueillant 47% des voix. Henri en prend acte et, le lendemain, remet à Lionel les clefs du Parti. Il en eu le courage. François HOLLANDE ne l’a pas fait au soir du 6 mai 2007.

Trésorier du Parti Socialiste dans les années 80, Henri fut par ailleurs condamné à l’inéligibilité. Il a payé seul des pratiques qui étaient collectives, pour ne pas dire généralisées, mais jamais il ne s’en est plaint publiquement.

Il a une nouvelle fois montré des qualités rares en politique en passant la main le plus naturellement du monde avant le congrès de Reims. Peu de responsables politiques sont capables de cela.

Tout ceci pour te dire que j’ai la plus grande estime pour la ligne politique et les hommes sur lesquels s’est porté ton choix.

Mais tu t’en doutes, si je t’écris aujourd’hui, c’est que je souhaite te parler de l’importance que revêt pour nous tous le vote de ce soir.

C’est toi qui a en main, au bout de ton bulletin de vote, le destin du Parti et celui de la gauche. Ta responsabilité est immense.

Comme Bertrand DELANOE, lundi soir, Benoit HAMON a appelé à voter pour Martine AUBRY en prenant néanmoins le soin d’expliquer qu’il n’était pas propriétaire des voix de ses électeurs, c’est à dire qu’il les laissait libre de leur choix.

Il y a plusieurs manières de lire le résultat d’hier soir.

La première est une lecture purement arithmétique, et elle est favorable à Martine AUBRY qui pourrait au jeu des additions l’emporter avec 57% des voix.

Mais la dynamique politique défie constamment l’arithmétique, le vote d’hier soir en a apporté une nouvelle démonstration. Mathématiquement, Martine aurait dû l’emporter dès le premier tour, car le total des voix de Bertrand et des siennes atteignaient les 50%. Or, elle n’a obtenu que 34% ! Tout le monde le passe sous silence pour minimiser l’événement, mais c’est tout de même un échec retentissant.

Ce score n’est pas imputable à sa personne, loin de là. J’ai un temps été l’animateur de ses clubs AGIR, lorsque je pensais que la rénovation pouvait passer par elle, après le Congrès de Liévin. Si elle n’est qu’à 34% c’est qu’elle symbolise le vieux Parti dont les militants ne veulent plus.

Tu dois avoir cette donnée à l’esprit en analysant ces résultats.

Certes, on peut considérer que 57% des militants ne veulent pas d’une alliance au centre, mais il n’en a jamais été question. Maintenant que le Congrès est terminé, cessons ce faux procès fait à Ségolène ROYAL depuis le début du Congrès.

Je te rappelle une « énième » fois le leitmotiv de la motion E :

1/ On rassemble les socialistes.

2/ On s’adresse à toutes les composantes gauche et on rassemble le plus largement possible.

3/ Sur la base d’un projet commun, on s’ouvre ensuite aux démocrates, aux défenseurs de la laïcité et des services publics pour mettre fin au Sarkozysme.

Il n’y a rien d’autre dans notre motion.

Et ne sombrons pas dans les raccourcis simplistes du style 70% des militants ont refusé l’alliance avec le Modem. Ce serait un débat stérile de plus, car on pourrait dire qu’il n’en reste plus aujourd’hui que 57%, ce que je ne crois pas.

Tu peux aussi lire ce résultat autrement et voir que 66% des militants ont clairement indiqué qu’ils voulaient la rénovation, soit les deux tiers. C’est un chiffre impressionnant, sans précédent. Peut-on continuer à ne pas le voir et à maintenir coûte que coûte le couvercle de la « cocotte-minute » fermé ? Peut-on maintenir notre confiance dans un fonctionnement et une génération politique qui nous ont conduit à la situation actuelle ?

Si tu te poses cette question, ce soir, tu dois voter pour Ségolène ROYAL. Cela n’entachera en rien ta loyauté envers Benoit HAMON et les idées qu’il a défendues.

Je te demande de réfléchir à l’après 21 novembre. Comment ce Parti va-t-il être dirigé si Martine AUBRY gagne ? Imaginons même qu’elle fasse entre 51% à 55%. Le parti sera ingouvernable pour les raisons suivantes.

Il y aura en face une minorité, très forte, capable de réunir près la majorité seule contre tous, Soudée par un projet, cimentée par un Congrès, par une vision de la rénovation du Parti, une vraie génération politique est née.

En face, il y aurait une majorité totalement hétéroclite, ingouvernable car qu’y a-t-il de commun entre

– un Michel ROCARD, qui préconisait l’alliance avec le MODEM avant le 1er tour de l’élection présidentielle et un Gérard FILOCHE aux petits soins pour Olivier BESANCENOT ?

– Un Laurent FABIUS et un Lionel JOSPIN, à l’origine de tant de haine au sein de notre parti depuis le Congrès de Rennes ?

– Une Marie Noëlle LIENEMANN « Noniste » convaincue et un Jack LANG, grand défenseur du traité constitutionnel et qui est celui qui, en mêlant sa voix à la droite, a permis à Nicolas SARKOZY de faire passer sa réforme constitutionnelle. – Un Laurent FABIUS (encore lui !) défenseur des baisses d’impôts et créateur de la prime de l’emploi et un Henri EMANUELLI, qui a toujours considéré que ces politiques constituaient une escroquerie politique au détriment du pouvoir d’achat par le salaire ?

Voilà le visage de la future majorité du Parti si Martine AUBRY gagne. Aucune cohérence. C’est tout simplement effrayant.

Et Benoit HAMON noyé la dedans, qui serait l’otage de tout cela.

Je te propose un autre choix, une autre perspective politique.

Vote Ségolène ROYAL, et fait de Benoit HAMON son principal opposant. Ouvre à l’une et à l’autre un véritable espace politique parce que c’est entre eux deux que doit s’organiser le seul débat politique qui vaille.

Je suis en outre convaincu qu’ils sont capables de s’entendre sur une gouvernance du parti qui ne bloque pas son fonctionnement et qui soit garante de sa rénovation, sans renoncer l’un ni l’autre à leurs options fondamentales.

En fait, ce que je te propose, c’est de faire du Congrès de Reims, l’Epinay des militants, parce que nos dirigeants n’ont plus la force de le faire eux-mêmes.

Avec mes amitiés socialistes.

Patrick ALLEMAND

Membre du Conseil National
Premier Secrétaire Fédéral des Alpes-Maritimes

parole.jpg

Socialiste!Le changement à confirmer ce soir !

vendredi 21 novembre 2008

43% pour Ségolène Royal, 63% dans les Alpes de Haute Provence.

Il nous faut confirmer ce vote de changement et d’espoir ce soir entre 17h et 22h. Face à une coalition des contraires de Gérard Filoche à Michel Rocard, d’Emmanuelli à Cambadélis, en passant par Lionel Jospin et Laurent Fabius, nous sommes les porteurs du changement face au conservatisme. Nous avons pour nous la réalité du changement et la cohérence idéologique. 

Brèves de Jogging« Toc, toc, toc »

jeudi 20 novembre 2008

"Moi, j’ai même pas besoin de produit. J’ai une petite brosse, et avec le manche, toc, toc, toc…"

Quelqu'un m'a ditL’espoir de changer

mercredi 19 novembre 2008

D’un camarade ex-motion A (Bertrand Delanoë) :

"Vous, dans la motion E, vous avez l’énergie de l’espoir de changer le monde et notre parti, eux en face, ils n’ont que l’énergie du désespoir de garder leurs postes".

Socialiste!Deux mineurs irritent Balkany : 36 heures de garde à vue

mercredi 19 novembre 2008

Alors que de faux prétextes ont été trouvés pour empêcher le rassemblement sur la motion majoritaire lors du congrès de Reims du week-end dernier, on constate pourtant chaque jour un peu plus l’urgence qu’il y a à réveiller la gauche. Nous sommes face à une nécessité absolue du rassemblement socialiste pour nous opposer fermement et ensemble à la politique de la majorité UMP et à ses trop nombreuses dérives.

Aujourd’hui, j’ai ainsi pu lire sur le site Rue89 un article évoquant un conseil municipal mouvementé à Levallois-Perret. Deux mineurs ayant visiblement irrité Balkany se sont retrouvés 36 heures en garde à vue !

On ne connaît pas encore tous les éléments de cette affaire mais à l’évidence une garde à vue aussi longue pour deux mineurs paraît inconcevable. Que cela ait lieu à la mairie de Levallois chez les Balkany n’est pas une surprise. Que les Balkany soient un des couples les plus proches du président de la République peut inquiéter.

La "démocratie jusqu’au bout" que nous défendons dans notre motion est plus que jamais une nécessité face à de tels dérives autoritaires, inacceptables et scandaleuses.

L’article de Rue89