Archive pour décembre 2008

Croire à l'EuropeBilan de la Présidence française de l’Union européenne

mardi 30 décembre 2008

Voici les principaux extraits de l’intéressante note du site d’actualités européennes ‘Euractiv‘ :

Crise économique et financièreCrise géorgienne L’Union pour la Méditerranée Le paquet énergie-climat La Défense La PACLe Pacte européen sur l’immigration et l’asile

(bilan téléchargeable en format pdf)

1) La crise économique et financière :

Le Président de la République a répété à plusieurs reprises et notamment lors de sa dernière intervention au Parlement européen que « la crise n’a pas commencé en août 2007 […] mais le 15 septembre 2008, date de la faillite de Lehman Brother ». Selon Michel AGLIETTA, professeur d’économie à l’université Paris-X Nanterre, « c’est une totale stupidité », car c’est bien en août 2007 que la crise a commencé à s’étendre, provoquant une récession aux Etats-Unis dès janvier 2008 et un mauvais second semestre en France. Lire le reste de cet article »

Il n'y a pas que la politique!A chacune, à chacun je souhaite une bonne année 2009

mardi 30 décembre 2008

Voeux de Jean-Louis Bianco
envoyé par bianco2007

Socialiste!Benoît Hamon : c’est ça la rénovation ?

mardi 30 décembre 2008

Les écrits de Benoît Hamon sur « la rage » supposée des partisans de Ségolène Royal et « la division qu’ils ont dans le sang » sont insolites dans la bouche ou sous la plume d’un porte parole du PS.

Chacun se souvient que lors du Congrès de Reims notre motion arrivée en tête a été marginalisée, contrairement à l’usage politique. Nous nous sommes pourtant inclinés au nom de l’unité. Lors de l’élection au premier secrétariat le départage s’est fait au profit de la majorité du conseil national, dans l’évitement du vote indéchiffrable des militants. Nous nous sommes encore inclinés, toujours au nom de l’unité.

Nous participons au bureau national et, comme jamais, à toutes les instances fédérales du parti.

Que faut-il faire de plus pour être unitaires aux yeux du porte parole? Se taire ou disparaître ? Elégante alternative.

Alors soit Benoît Hamon n’est pas informé de notre grande patience. Soit il veut l’éprouver plus encore en soufflant sur les braises. Soit il souhaite que le parti change insidieusement de nature et goûte aux charmes d’une internationale à laquelle il n’a jamais appartenu. Soit Benoît Hamon utilise enfin le classique procédé du repoussoir en guise d’une unité qui se chercherait au sein de la direction.

Nombre de responsables du PS, de toutes sensibilités, ne se retrouveront pas dans cette stratégie de la tension à laquelle nous répondons par une demande toujours plus forte de rassemblement alors que les effets de la crise économique mondiale s’annoncent sans précédent.

Communiqué de Jean Louis Bianco, député PS, membre du Conseil national et de Jean Pierre Mignard, membre du Conseil national,

Quelqu'un m'a ditNicolas Sarkozy, « super menteur » ?

lundi 29 décembre 2008

Sur Intox2007, le bloggeur Dagrouik nous le rappelle avec raison : nombreuses sont les promesses de Nicolas Sarkozy qu’il n’a pas tenu.

Celle-ci est particulière en ces temps de crise financière, économique et sociale :

"Un système où sur les profits des entreprises, il y aurait un tiers pour les actionnaires, un tiers pour les salariés et un tiers pour l’investissement, c’est un système, permettez-moi de le dire, qui aurait une certaine cohérence et une certaine logique (…) Ceux qui trouveront que c’est trop, ils devront dire pour qui c’est trop, et surtout pourquoi" (Nicolas Sarkozy, le 9 janvier 2008… il y a un an).

Mais où en est donc ce projet ? …

Vu de Haute ProvenceEn quête d’identité

vendredi 26 décembre 2008

J’ai inauguré voici quelques jours aux archives départementales une très belle exposition intitulée: En quête d’identité armoiries et sceaux en Haute Provence.

Les chevaliers du Moyen-âge avaient pris l’habitude d’utiliser des armoiries pour être reconnus pendant les tournois. À la fin du XIIème siècle elles deviennent héréditaires et leur représentation obéit à des règles codifiées. Pour décrire ces blasons, un langage ésotérique et précis qui m’a toujours fasciné, comme une autre langue. Les drapeaux, les logos et même les panneaux sont les héritiers des règles héraldiques d’association des couleurs.

Voici ce que cela donne:

Sens interdit :

de gueules à la fasce d’argent

Stationnement interdit :

D’azur au bâton de gueules  et à la bordure du même.

La même recherche d’identité se retrouve dans les sceaux : on entrouve de plomb (celui des papes), plus couramment de cire : blanche pour le roi puis rouge, verte ou jaune. Les diverses classes sociales scellent leurs chartes avec des insignes correspondant à leur charge : la couronne, l’épée ou la main de justice pour le Roi, la crosse et la croix pour les évêques, la clé du serrurier, le tonneau du tonnelier ou encore le marteau et l’équerre pour le maçon.

Le sceau authentifie le document et lui apporte plus qu’une simple signature. On trouve une charte qui se termine par ces mots : J’ai marqué ce sceau de l’empreinte de mes dents et une autre par : J’ai apporté au présent écrit mon sceau avec trois poils de ma barbe.

Aujourd’hui la boucle est bouclée avec l’iris ou l’empreinte digitale pour ouvrir les portes !

Il n'y a pas que la politique!Neige

jeudi 25 décembre 2008

Je viens de finir le très beau roman d’Orhan Pamuk Neige.

Orhan Pamuk est un écrivain turc qui a obtenu le Prix Nobel en 2006. À vrai dire, je n’avais rien lu de lui et je l’ai découvert à l’occasion de mon voyage en Turquie pour l’Assemblée nationale. C’est étrange comme ce que raconte le livre prend pour moi une toute autre résonance après les rencontres que j’ai faites en Turquie. Certes, il y a internet, il ya la video, il y a les dossiers, il y a des contacts à Paris, mais il faut être sur place pour sentir, même en si peu de temps, un peu de l’âme d’un pays.

Ce qui me frappe de plus en plus, c’est l’enjeu du foulard comme symbole de laïcité. Je connais par cœur les arguments sur le foulard instrument de liberté pour les filles en pays musulman, par exemple pour pouvoir aller à l’Université. Dans les pays du Golfe, ou àTéhéran je me suis habitué à parler avec des femmes députées, Ministres ou chefs d’entreprise qui portaient le foulard. À la limite, cela finissait par me sembler presque normal.

Mais quand même ! Sans parler ici de la France, j’ai compris en Turquie que se déroulait une bataille centrale entre les tenants de la laïcité à la Atatürk et les "islamites modéré", qui gagnent du terrain. En même temps, Orhan Pamuk m’a fait comprendre combien les références à l’Europe comme manière d’être des Européens, pouvaient être perçues comme agressives et s’apparentant à une forme de colonialisme.

J’ai compris bien d’autres choses. Ce que veut dire l’Arménie et la Russie dans une ville-frontière comme Kars, où se déroule le roman. Ce que peut signifier l’Allemagne pour les Turcs qui ont cherché un travail : mythe d’une sorte de paradis, réalité d’une vie triste et médiocre. La Turquie est, de ce point de vue, notre Algérie à nous.

Mais j’ai surtout découvert un roman sublime, empli d’une indicible nostalgie, de tendresse et d’ironie.

Socialiste!Accroissement constant de l’espace de liberté !

mercredi 24 décembre 2008

Le 16 décembre, trois philosophes embarquent à Roissy par un vol Air France pour Kinshasa. Constatant la présence dans l’avion d’un africain menotté et encadré par cinq policiers, ils vont demander pourquoi cette personne était menottée. Les autres passagers protestent, puis l’agitation retombe.

L’un des philosophes est "arraché de son siège" et "très violemment menotté". Il est placé en garde à vue. À leur retour de Kinshasa, ses deux collègues subissent également 10 heures de garde à vue.

Ces trois personnes affirment (Libé de ce jour) avoir seulement posé des questions, de manière calme et pacifique, sans jamais émettre ni slogan ni appel.

Vive la patrie des droits de l’homme! Et Joyeux Noël! 

Quelqu'un m'a ditLe plan de relance, suite

mercredi 24 décembre 2008

J’ai dit et répéte, avec d’autres, que le plan de relance de Nicolas Sarkozy venait trop tard, était trop faible, et oubliait la de mande, donc la consommation et le pouvoir d’achat.

Aujourd’hui, même l’OCDE et le FMI, dont ce n’est pourtant pas la tasse de thé, jugent que les plans de relance devraient être plus ambitieux. Olivier Blanchard, économiste en chef du FMI, réputé proche de Nicolas Sarkozy, est d’un extrême pessimisme : "Nous sommes en présence d’une crise d’une amplitude exceptionnelle… il est impératif de relancer la demande privée si l’on veut éviter que la récession ne se transforme en Grande Dépression".

Quelqu'un m'a ditL’honnêteté est-elle une vertu chrétienne ?

mercredi 24 décembre 2008

Je découvre avec stupeur l’interview de Mgr de Berranger dans Aujourd’hui en France daté du 24 décembre.

Après quelques compliments à Martine Aubry (Martine, la calotte avec toi!), il dit : "Quant à Ségolène Royal, l’utilisation qu’elle fait du vocabulaire religieux à des fins politiques m’agace. D’autres l’ont fait avant elle : un certain Jean-Marie…"

Assimiler Ségolène Royal à Jean-Marie Le Pen, même les chiens fous de l’UMP n’ont pas osé!

 

Quelqu'un m'a ditTenir les deux bouts

mercredi 24 décembre 2008

"Penser en homme d’action et agir en homme de pensée"

Henri Bergson