Archive pour juin 2009

Quelqu'un m'a dit« À Rodez, le délit d’humanité d’un Guinéen »

mardi 30 juin 2009

Je vous invite à lire cet article de Libération sur le délit d’humanité : c’est ici.

Extrait : "C’est certainement un problème de vocabulaire. Le ministre de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire, Eric Besson, assure que le «délit de solidarité» n’existe pas. Une peine d’au moins cinq mois de prison avec sursis a pourtant été requise, le 17 juin, au tribunal correctionnel de Rodez (Aveyron) contre le ressortissant guinéen, avec papiers, Salimou Fofana, au motif qu’il a occasionnellement hébergé, de temps en temps nourri et en tout cas conservé quelques documents administratifs de son compatriote, sans papiers, Baya Namingui. Si ce n’est pas là l’art de la solidarité, ce doit être du cochon."

Le quotidien revient aujourd’hui sur cette affaire suite aux réactions d’Éric Besson.

Socialiste!Une nouvelle contradiction, une nouvelle dégradation sociale

lundi 29 juin 2009

Le 27 mai 2008, Nicolas Sarkozy avait affirmé que, durant son mandat, il ne repousserait pas l’âge de la retraite, ne l’ayant pas proposé pendant la campagne présidentielle : "Je dis que je ne le ferai pas car ce n’est pas un engagement que j’ai pris devant les Français. Je n’ai donc pas de mandat pour faire ça".

Aujourd’hui, le gouvernement laisse entendre que l’âge de la retraite pourrait être reculé à 67 ans au lieu de 60 actuellement (dans la majorité des régimes) …

Vu de Haute ProvenceDéfendre la proximité

lundi 29 juin 2009

Vendredi dernier, en assemblée plénière du Conseil général des Alpes de Haute Provence, nous avons adopté à l’unanimité la motion suivante, concernant la réforme des collectivités locales.

Cela rejoint le débat que nous avons eu, ici.

"Le Président de la République a dit dans son discours devant le congrès le 22 juin : « Nous ne nous déroberons pas devant la réduction du nombre des élus régionaux et départementaux ».

On annonce la division par deux des élus régionaux et départementaux.

Si leur nombre passait de 6000 à 3000 l’économie serait de l’ordre de 70 millions d’euros répartis entre les 124 conseils généraux et régionaux. Dans notre département, cela constituerait 0,3 % du budget de fonctionnement.

Que représentent 70 millions d’euros, à l’échelle nationale, par rapport à la dette de l’Etat envers les départements pour le RMI qui s’élève à plus de 2 milliards d’euros depuis 2004. La dette des départements est de 23 milliards d’euros, soit 2% de la dette de l’Etat. L’Etat prélève 80% des impôts, les départements 6% alors que les collectivités territoriales réalisent 73% de l’investissement public.

L’investissement des départements est de 14 milliards d’euros, ce qui permet le maintien de 360 000 emplois dans le secteur privé, à quoi s’ajoutent les 250 000 emplois de fonctionnaires territoriaux.

Aujourd’hui, rien n’est garanti sur le remplacement effectif et pérenne de la taxe professionnelle, appelée à disparaître d’ici 2011.

Nous disons à nouveau notre ferme opposition à la diminution du nombre des élus de proximité et à la mise en cause de fait du département, lieu de cohésion territoriale et de solidarité, en particulier à l’égard des communes rurales.
 
Adopté à l’unanimité"

Quelqu'un m'a dit« Discours du trône »

dimanche 28 juin 2009

Je vous invite à lire cet article de Robert Solé paru dans Le Monde : c’est ici.

Quelqu'un m'a ditSponsoriser la loi ?

samedi 27 juin 2009

Je vous invite à lire cet article de Marianne : c’est ici.

Extrait :

"Les arbitres sponsorisés par Air Asia arbitrant les matches de la Barclays Premier League, de la Coca-Cola Football League, de la Carling Cup ou de la Johnsons Paint Trophy joués par des équipes sponsorisées par AIG ou Samsung à l’Emirates Stadium, les joueurs devenus eux-mêmes des marques: des marques qui arbitrent d’autres marques. Le jeu devient une modalité du marché où règne une loi: celle du plus fort. Alors, si la loi peut-être sponsorisée, donc soumise à des intérêts particuliers, est-ce pour bientôt les CRS avec un logo Auchan ou les juges d’instruction portant une casquette Pirelli ?"

Socialiste!La généralisation totale du travail dominical

vendredi 26 juin 2009

La nouvelle proposition de loi sur le travail dominical est présentée par le gouvernement comme le fruit d’un compromis qui limiterait les dérogations au principe du repos dominical.

La réalité est très différente, remedy à tel point que la CGPME demande la suppression de l’essentiel du texte.

Dans toutes les communes dites "touristiques" (ce qui est très large : au moins 5 000 communes dont la quasi totalité des moyennes), doctor les employeurs du commerce pourront contraindre leurs salariés à travailler le dimanche sans aucune contrepartie : ni salaire doublé, ni repos compensateur obligatoire, ni nécessité d’être volontaire.

Certains membres de la majorité UMP veulent donc remettre en cause un équilibre social multiséculaire.

Quelqu'un m'a dit« La taxe carbone en dix questions »

jeudi 25 juin 2009

Pour ceux qui peuvent y accéder, je vous invite à lire cet intéressant article du journal en ligne Mediapart sur la taxe carbone : c’est ici.

En voici quelques extraits :

"Bizarrement mise de côté lors du Grenelle de l’environnement en 2008, la taxe carbone fait son grand retour, à l’occasion de la publication par le ministère de l’écologie d’un Livre blanc, le 10 juin, sur le sujet. Mais ses contours restent encore très flous. Le point sur ce dossier compliqué en dix questions simples."

"(…) Dénommée «Contribution énergie climat» dans le jargon du Grenelle de l’environnement, la taxe carbone compte un seul objectif : faire payer la pollution de l’atmosphère. Elle consiste à taxer les produits selon leur contenu en carbone."

"(…) Par ailleurs, le niveau de la taxe carbone sera progressif : on devrait partir de très bas, pour éviter les chocs au démarrage. Plusieurs hypothèses de chiffrage circulent pour la France, oscillant entre 25 et 35 euros la tonne de CO2 pour la première année. Quelles que soient les hypothèses de départ, la taxe devrait permettre de collecter plusieurs milliards d’euros chaque année, à horizon 2020 (avec une tonne autour de 100 euros)."

"(…) l’exécutif devra trancher dans les mois à venir un débat de fond : la taxe sera-t-elle «additionnelle» (elle serait alors indépendante des autres), ou «différentielle» (elle prendrait en compte la taxation déjà existante du carbone dans l’état actuel de la fiscalité, de manière implicite). Evidemment, la seconde option rendrait les choses beaucoup plus complexes."

"(…) C’est la grande critique faite à cette taxe écolo : elle risque de peser davantage sur les ménages les plus pauvres. Les dépenses en énergie des classes les plus défavorisées ont tendance à augmenter ces dernières années, tandis que celles des plus riches se tassent."

"(…) Certains proposent de complexifier le système de prélèvement, via une série d’abattements, qui permettrait de cibler en priorité les surconsommations. D’autres, comme la fondation Nicolas-Hulot, défendent une «Allocation universelle climat». Il s’agirait de redistribuer de l’argent de la taxe aux ménages, sous forme d’un «chèque vert», au montant identique pour tous les ménages."

"(…) Les effets sur les résultats des entreprises s’annoncent importants. Sans doute suffisants pour inciter les grandes enseignes à changer de comportement. A 27 euros la tonne de CO2, les profits bruts baisseraient de 25% dans la sidérurgie, selon une enquête relayée par le mensuel Alternatives économiques. Le bénéfice se tasserait de près de 10% pour l’électricité."

"(…) Quant à l’argent récolté, les promoteurs de la taxe proposent parallèlement d’alléger certaines charges sociales patronales – ce qui permettrait de faire passer la pilule aux patrons. Voire de financer la suppression de la taxe professionnelle."

"(…) La mise en place d’une taxe carbone marquerait une véritable rupture fiscale. Pour le dire vite, on taxerait moins le travail, et davantage l’énergie."

"(…) Le principe d’une taxe «aux frontières» est né d’une inquiétude : à trop taxer le carbone dans l’Union européenne, on risque de désavantager les produits européens sur les marchés internationaux, voire de favoriser les délocalisations. Ce qui, d’un point de vue environnemental, n’est pas satisfaisant : cela entraînerait, disent les spécialistes, des «fuites de carbone», sans réduire le volume de carbone à l’échelle de la planète. D’où l’idée de cette taxe, actuellement en débat au niveau européen, sur les importations de produits en provenance d’Etats refusant d’appliquer tout type de fiscalité sur carbone. On voit mal cependant comment ce mécanisme (…) serait compatible avec les règles de l’Organisation mondiale du commerce."

"(…) le ministre de l’écologie Jean-Louis Borloo a qualifié de «pas raisonnable» l’introduction dès janvier 2010 de la taxe carbone, la repoussant donc à 2011 – dans le meilleur des cas."

"(…) La France est à la traîne. D’après l’institut européen de statistiques Eurostat, les recettes générées par la fiscalité verte représentaient 2,9% du Produit intérieur brut de l’Europe des quinze en 2004. Cette proportion atteint 4,8% au Danemark, meilleur élève du classement, mais tombe à 2,1% en France, qui signe avec l’Espagne et la Lituanie l’une des plus mauvaises performances du continent."

Quelqu'un m'a ditLa France reste timorée sur les « biens mal acquis »

mercredi 24 juin 2009

Je vous invite à lire cet intéressant article de La Croix : c’est ici.

Extrait : "Dans un nouveau rapport dévoilé, mercredi 24 juin, le CCFD-Terre solidaire détaille le système des « biens mal acquis » par une trentaine de chefs d’État. Plus de 95 % des avoirs détournés n’ont pas été restitués aux populations."

(…) "En la matière, la France fait figure de mauvais élève. Alors qu’elle affiche volontiers son important dispositif législatif contre le blanchiment et la corruption, elle reste bonne dernière à l’heure de saisir ou de restituer les biens mal acquis qu’elle abrite. De la fortune de Saddam Hussein par exemple, seul son yacht aurait été rendu à l’Irak.

Malgré la résolution 1483 du Conseil de sécurité de l’ONU réclamant le retour des richesses du pouvoir déchu, 23 millions d’euros resteraient toujours bloqués à la Banque de France.

Depuis deux ans, le ministère de la justice tente aussi d’empêcher un procès sur les biens mal acquis qui mettent en cause le Congolais Denis Sassou Nguesso, Teodoro Obiang Nguema, et le défunt Omar Bongo." (…)

Socialiste!Un remaniement ça trompe énormément !

mardi 23 juin 2009

Un remaniement ne sert à rien sauf à occuper les médias pendant 24 heures, dès lors qu’il n’y aura pas de remaniement de la politique menée.

Une indication toutefois : il n’y a plus de secrétaire d’État aux Droits de l’Homme… Au moins, les choses sont claires.

Frédéric Mitterrand, ça permet d’afficher le nom, mais ce n’est pas le bon ! Comme le dit le Canard Enchaîné, Nicolas Sarkozy aurait dû chercher aussi un Gérard Blum et un Kévin Jaurès.

"L’ouverture à gauche" s’arrête. Pas de chance pour Allègre et quelques autres.

Socialiste!Nicolas Sarkozy a fait un beau discours, et après ?

lundi 22 juin 2009

Nous avons entendu un discours de candidat à l’élection présidentielle comme s’il n’était pas au pouvoir depuis 2 ans.
500 000 euros dépensés pour rien : voilà le bilan de ce congrès.

Rien de concret n’est dit sur les moyens de rétablir une plus grande égalité :

1) Ce n’est pas en critiquant l’égalitarisme qu’on indique de vraies mesures pour lutter contre les inégalités.

2) L’idée d’une croissance interne n’est-elle pas complètement irréaliste dans le monde tel qu’il est ?

3) Il parle de rechercher la qualité de la dépense publique mais en réalité il s’agit de continuer une diminution aveugle par le non remplacement à la retraite d’un fonctionnaire sur deux.

4) il parle des moyens à dégager pour financer les priorités mais il ne dit pas quels moyens, à part l’idée d’un grand emprunt public qui va aggraver la dette nationale.

2 points intéressants quand même :

1) Sous réserve de la législation, la promesse que tout licencié économique garderait son salaire pendant un an.

2) L’idée des internats d’excellence que nous avions défendue avec Ségolène Royal pendant la campagne présidentielle

C’est aux actes et seulement aux actes qu’on jugera de la réalité des promesses qui viennent d’être formulées.