Archive pour novembre 2012

Socialiste!Interview du Oui/non sur LCI

mardi 27 novembre 2012

J’ai été interviewé lundi soir sur LCI, dans l’émission de Michel Field, le Oui/Non.

Il m’a évidemment parlé de l’UMP.

Nous avons également évoqué la question d’Arcelor Mittal. J’ai indiqué qu’une nationalisation temporaire pour permettre de retrouver un repreneur, n’était pas choquante. Ce principe avait d’ailleurs été proposé, il y a quelques années, par Dominique Strauss Kahn.

A propos de la Catalogne, j’ai dit que la tendance à la séparation en Europe; République tchèque/Slovaquie, Flamands/Wallons, Catalogne/Espagne, était le signe d’une perte de confiance dans l’avenir et dans la solidarité.

Costa-Gavras

mardi 20 novembre 2012

Costa-Gavras , l’auteur de Z , vient de sortir un nouveau film « le Capital » . Je n’ai pas vu le film , la critique est partagée , mais je vous livre cette phrase de Costa-Gavras , dans une interview au Nouvel Observateur :  » Autrefois , avec Yves Montand , Simone Signoret , Jorge Semprun , on discutait à perte de vue sur les directives du Parti communiste.Aujourd’hui , c’est le marché qui dicte sa loi . Au fond , le marché a la même fonction que jadis le PC : il a toujours raison .

Socialiste!N’oublions pas l’Iran

lundi 19 novembre 2012

La cyberpolice iranienne est , avec la chinoise , la plus importante (on parle de 100 000 cyberpoliciers ) et la plus redoutable. Sattar Behesti tenait un blog et s’exprimait sur Facebook.Le 30 octobre , la cyberpolice est venue l’arrêter chez lui . Le 6 novembre , la famille a reçu un coup de téléphone des autorités lui demandant d’acheter une tombe et de venir récupérer le corps . Il a pu  faire passer des informations sur les tortures dont il était victime dans la prison d’Evin , à la triste réputation . Un site iranien proche du  Guide suprême , Ali Khamenei , a parlé de la  » négligence ou de l’erreur des acteurs impliqués dans son dossier  » . Qu’en termes élégants ces choses-là sont dites…

Exercices de survie

dimanche 18 novembre 2012

Tel est le titre d’un texte posthume de Jorge Semprun . Je veux citer ici un extrait des propos qu’il rapporte d’ Henri Frager , le patron de son réseau de résistance.

« Nous allons survivre,certains d’entre nous , en tout cas , vont survivre . Nous allons devenir ,  les survivants , du moins, vont devenir de vieux messieurs décorés , respectables , chenus , en plus ou moins mauvaise santé… Certains d’entre nous se retrouveront soudain autour d’une table pour un instant de vraie mémoire , de vrai partage , même si la vie , la politique , l’histoire nous auront séparés , même si elles nous opposent . Et nous pourrons constater avec une sorte d’allègre effroi que nous possédons tous quelque chose en commun , qui nous retranche du commun des mortels : le souvenir de la torture .

Europe de l’énergie

vendredi 16 novembre 2012

Donnons enfin du contenu concret et positif à l’Europe ! Le sujet de l’Europe de l’énergie a été souvent abordé et débattu dans ce blog et par vos commentaires .

Le « point de vue  » publié ce matin dans Les Echos  par Delphine Batho et Laurent Fabius est encourageant . De quoi s’agit-il ? De proposer une politique énergétique européenne avec plusieurs objectifs : l’ environnement ,  la sobriété et l’efficacité énergétique , la maîtrise du prix de l’énergie . Cela passe par des programmes de recherche , la constitution de champions européens de l’énergie renouvelable , la création d’un droit d’accès à l’énergie à un prix raisonnable .

J’ajoute que nous avons là un terrain favorable pour être moins naïfs dans le commerce international . Les Américains ont imposé une taxe sur les panneaux solaires chinois . L’Europe a beaucoup tardé à réagir . Voilà un domaine où mener le combat international pour faire respecter , dans les échanges internationaux , un socle ,minimum de normes sociales et environnementales !

Socialiste!Les suites du rapport Gallois

jeudi 8 novembre 2012

Quelques commentaires

1° Au lieu d’un « choc de compétitivité » exigé par certains,ou du « pacte pour la compétitivité de l’industrie » de Louis Gallois le gouvernement propose un « pacte national pour la croissance,la compétitivité,l’emploi ». Les  mots ont leur importance : il y a l’affirmation d’une stratégie de croissance et d’emploi,et on ne se limite pas à l’industrie,ce qui fait légitimement débat.

2°Le rapport Gallois établit de manière incontestable la catastrophe qu’a été pour la France la gestion de la droite pendant 10 ans:

   – la part de l’industrie dans la valeur ajoutée totale a diminué de 50%. Nous sommes  maintenant  à la 15 ème place sur 17 dans la zone euro.

   – sur l’Europe,qui représente près de 60% de nos exportations a diminué d’1/3.

   – le solde de la balance commerciale est passé d’un excédent de 3,5 milliards d’euros en 2002 à un déficit de 71,2 milliards d’euros en 2011.

3° Le pacte national prévoit des mesures importantes pour ce que l’on appelle la « compétitivité  hors-coût » : réforme du système bancaire,s’ajoutant à la banque publique d’investissement,pour orienter les financements vers les entreprises,en particulier les PME; stratégies de filières pour développer des coopérations;amélioration de la formation;simplification et stabilisation du cadre règlementaire.

4° Les points qui font débat:

     a) la part du coût du travail dans notre problème de compétitivité,je l’ai évoqué dans mon précédent post.

      b) le risque d’avoir un effet négatif sur la croissance et le pouvoir d’achat.Le plan du gouvernement est astucieux:il permet d’avoir un effet immédiat pour la trésorerie des entreprise,repousse à 2014 les modifications des taux de TVA et prévoit une baisse de la TVA pour les produits de première nécessité.Contrairement à ce qui est souvent dit,il se distingue nettement de la TVA Sarkozy,qui prévoyait une ponction de 10,6 milliards d’euros dès le 1er octobre 2012 sans aucune stratégie d’ensemble.

      c)la conditionnalité  des aides aux entreprises,qui n’est pas prévue à ce stade même si elle ne semble pas exclue.Ce sera l’un des objets du débat parlementaire.A noter toutefois que le  crédit d’impôt imaginé par le gouvernement est proportionnel à la masse salariale,donc plus fort quand on embauche et plus faible quand on licencie.