Archive pour avril 2013

Croire à l'EuropeDe l’Allemagne, de la France

lundi 29 avril 2013

Quelle tempête ! Claude Bartolone a parlé de « confrontation » avec l’Allemagne. Un brouillon de texte du PS a mis en cause l’intransigeance et la brutalité de la politique d’Angela Merkel. Essayons de raisonner avec un minimum de sang-froid !

1/ Claude Bartolone a eu tort et il a été maladroit. La « confrontation » réclamée avec l’Allemagne ne peut mener qu’à une escalade de la méfiance.

2/ C’est étrange qu’un texte du PS qui n’avait même pas été discuté puisse sortir dans la presse. A qui profite le crime ? Mais la mise en cause personnelle d’Angela Merkel était, là aussi, un malentendu et une erreur.

3/ Les problèmes de la France ne sont pas dus principalement à la pratique d’Angela Merkel. Ils sont d’abord le résultat d’une politique catastrophique de la droite depuis 10 ans. Ils sont aussi le révélateur d’une société pessimiste ayant du mal à se projeter dans l’avenir.

4/ L’Allemagne est-elle un modèle ? Oui et non. Oui, par la qualité et l’importance du dialogue social, par la présence des représentants des travailleurs dans les organes dirigeants des entreprises. Oui, par le sérieux et la continuité dans l’action des entreprises. Non, par les réformes du marché du travail, qui n’ont sans doute pas restauré autant qu’on le dit la compétitivité de l’Allemagne, mais ont certainement rendu plus précaire la situation des allemands.

5/ Il n’y aucun doute que la politique d’austérité contrainte et imposée par les dirigeants conservateurs européens, au premier rand desquels Angela Merkel, impose des souffrances scandaleuses aux peuples grec, espagnol, portugais, etc. et nous conduit droit dans le mur. C’est pourquoi François Hollande a raison de se battre pour un pacte de croissance à l’échelle européenne. Mais il est bien seul.

6/ Le débat doit bien porter sur une autre orientation pour l’Europe. Une Europe pour la croissance et l’emploi durables. Une Europe plus démocratique. Une Europe qui en finisse avec le dumping social, fiscal et social. La bataille sera très difficile. Mais seuls sont perdues avec certitude les batailles qu’on ne livre pas.

7/ Mais on peut être ferme sans être blessant ni agressif. L’amitié franco-allemande, celle des peuples au-delà des dirigeants, est un bien précieux. L’entente franco-allemande, à condition de respecter les autres pays, demeure indispensable à la construction européenne.

Il n'y a pas que la politique!La femme de nos vies

dimanche 28 avril 2013

Si vous aimez Didier van Cauwelaert,lisez son dernier roman La femme de nos vies .

D’une certaine manière , il écrit depuis quelques années toujours le même roman , celui d’un amour entre présent et passé . Mais ce n’est jamais la même histoire . Celle-ci est éblouissante de délicatesse et d’humanité , avec des incursions remarquables et compréhensibles pourtant dans des domaines pointus de la physique , une description savoureuse d’Hitler et de son entourage , mais aussi un portrait inattendu d’Albert Einstein… Le tout sur fond d’une très belle histoire sur l’identité , l’amour et la force d’une vie …

Quelqu'un m'a dit« Sixty seconds of salary »

samedi 27 avril 2013

Impressionnant :

« Sixty seconds of salary »

Socialiste!Interview suite à la remise du rapport sur la réforme ferroviaire

mercredi 24 avril 2013

Pour parler de mon rapport au Premier ministre sur la réforme ferroviaire, j’ai été interrogé par Guillaume Durand dans son émission du 23 avril sur Radio Classique.
Vous pouvez retrouver cette interview en cliquant ici.

 

Socialiste!Interview du Oui/Non sur LCI

lundi 22 avril 2013

J’ai été interviewé lundi soir sur LCI, rx dans l’émission de Michel Field, seek le Oui/Non.




Le doute

dimanche 14 avril 2013

Je suis heureux de voir que ce blog est le lieu d’échanges vifs et passionnés , au moins pour quelques uns d’entre vous.

Faute de temps , je n’interviens pas dans ces débats . Mais ils rejoignent une réflexion que je voulais partager avec vous.

J’étais samedi au Conseil National du PS (qualifié de Komintern par Mediapart,avec le talent qui le caractérise  mais aussi avec un esprit critique qui s’exerce plus à l’égard du PS que des autres  forces de gauche et d’extrême-gauche).

Le grand moment a été en effet l’irruption de salariés de PSA Aulnay , emmenés par leur leader Mercier,membre de Lutte Ouvrière dans le civil(il a bien le droit) .

Les commentaires , de Mediapart comme des autres , m’ont semblé manquer l’essentiel :

-une détresse , un désespoir poignants émanaient de ces hommes

-et cependant ils n’ont pas manifesté de mépris ni d’agressivité à l’égard du PS

Encore deux remarques : même si le PS déçoit , ce n’est pas au conseil national de l’UMP qu’on leur aurait donné la parole.Et leur demande de nommer un médiateur paraît tellement simple et légitime qu’on se demande pourquoi elle n’a pas été satisfaite.Michel Sapin,explique nous!

Donc , tout cela se passe à l’ombre d’une profonde déception . Les débats sur « l’autre politique » sont légitimes . Je souhaite qu’ils soient menés de part et d’autre avec respect . Il n’y a pas les gentils d’un côté , qui ont forcément raison , et les « salauds » de l’autre , pour s’exprimer comme le fait Mélenchon . Quelles sont les marges de manœuvre pour une politique de relance  ,en France et au niveau européen ?  Ce qui nous amène au grand débat sur l’Europe :comment changer l’Europe  ,sans croire qu’il suffit pour y parvenir d’un discours musclé à la tribune .

Si vous le voulez bien,on en reparlera