Il n'y a pas que la politique!Point d’étape de l’Observatoire de la laïcité

Je vous invite à lire l’interview que j’ai accordée au journal Le Monde suite à la remise au Gouvernement du premier « point d’étape » des travaux de l’Observatoire de la laïcité.

« L’Observatoire de la laïcité, installé en avril par le président de la République, remet, mardi 25 juin son rapport d’étape à François Hollande et au premier ministre. A ce stade, le document ne livre pas de préconisations sur les suites, législatives ou autres, à donner aux demandes du chef de l’Etat en matière de laïcité. Mais sa tonalité rompt avec le ressenti d’une partie de l’opinion publique et le discours inquiet répandu ces dernières années sur ces sujets. Son président, le socialiste Jean-Louis Bianco, explique sa conception d’une « laïcité d’apaisement » et rappelle que« la loi ne règle pas tous les problèmes ». »

La suite est ici.

L’ensemble du point d’étape et sa synthèse sont disponibles sur le site du Premier ministre en cliquant ici.

5 commentaires pour “Point d’étape de l’Observatoire de la laïcité”

  1. alphonse dit :

    Quand on voit ce qui se passe dans les « printemps » arabes….l’heure serait peut-être à bétonner dans la Constitution un ETAT ATHéE…..avec un minimum de 90% par referendum pour en changer…!!!?!!!!

    Vers moins de « respect des religions » et de « liberté religieuse », mais plus de respect de la liberté de conscience et d’expression, en reléguant les religions dans la sphère privée avec contrôle serré de leurs expressions publiques.

  2. AJ77 dit :

    Bonjour Jean-Louis, bonjour à tous,

    Jean-Louis, je suis bien de votre avis : à toute dramatisation sécuritaire appelant des «lois émotion» inévitablement de circonstance, il est préférable d’opposer une « laïcité d’apaisement » respectant dans la durée une stricte neutralité et la liberté de conscience pour tous.

    La condition est que tout citoyen reste dans la légalité. En conséquence la transgression sera sanctionnée sans qu’il soit nécessaire de composer avec une quelconque exigence circonstancielle.
    A quoi bon édicter des articles de lois superfétatoires, donc purement formels, ostensiblement affichés, quand on cherche à prévenir des comportements très opportunément outranciers et provocateurs ? Ce serait ouvrir la boite de pandore des surenchères communautaristes qui décrédibiliserait le principe même de laïcité qui place l’Etat en-dehors de l’organisation des usages religieux.

    L’Etat veille au respect de la tolérance religieuse, mais sa responsabilité consiste à prévenir tout débordement dans le domaine public afin que les composantes de la laïcité (tant géographiques que médiatiques ou professionnelles) soient respectées en tant que telles puisqu’elles appartiennent à tous.
    Essayons aussi de prévenir. Comme la France possède une loi de laïcité, il faut prendre garde à ce qu’une éventuelle loi européenne (de prééminence supranationale) ne contrarie pas son exécution par une prérogative qui ne serait que régressive dans le cadre des droits de l’homme. Ne perdons pas de vue que nombre d’états communautaires ont en effet une constitution mixée de religion.

    Amicalement.

  3. Gérard Eloi dit :

    Travail très complet de JL et son équipe, Alphonse.
    Mais qu’est-ce qu’il y a comme stupidités autour, qui empêche au bon sens de s’imposer…

    1) Le CNCDH ; il va défendre, jusqu’à l’absurde, les femmes en voile (ce que je comprends : un voile « partiel » n’est ni mieux ni pire qu’une cravatte ou un noeud pap) mais même en burqa. Ce que je n’admets pas, parce que en opposition à la loi.

    Petite remarque : s’il devenait, à cause des émeutes qui en résultent parfois, à cause des « bien penseurs »,…, que l’on interdise le contrôle des femmes en burqa, qu’est-ce qui empêcherait encore un conducteur complètement bourré de se déguiser derrière une burqa pour reprendre son volant en toute impunité ?

    En revanche, cette même officine (CNCDH), censée lutter contre les discriminations, ferme sa gueule quand les maçons roumains « importés » à Lyon comme jadis les saisonniers marocains chez Zapatero, touchent un salaire 4 à 5 fois inférieur à celui de l’ouvrier « national ». (Qui revient moins cher au chômage ? Comprens pas comment…)

    2) Même les USA, et leurs espions, estiment la France et la Belgique islamophobe pour la loi anti burqa. De quoi se mêlent-ils ?

    3) On fait tout un foin pour le mot « occupation » de MLP en parlant des prières de rue. Or, le 1er ministre tunisien vient d’utiliser le même mot pour les mêmes circonstances :

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/04/07/97001-20110407FILWWW00663-tunisie-les-prieres-dans-la-rue-interdites.php

    Extrait :

    « Le ministère de l’Intérieur n’autorisera plus, dorénavant, l’occupation de la voie publique pour l’accomplissement de la prière, en dehors des lieux de culte », selon le communiqué ajoutant que de « tels phénomènes et comportements sont étrangers à la société tunisienne ».

    Son « procès  » risque donc de dérouler un tapis rouge à MLP. Parce ceux qui ont porté plainte n’ont pas réagi au même mot utilisé par le ministre tunisien.

    Bref, malgré les efforts louables et intelligants comme ceux de JL et son équipe, à cause de parasites qui se mêlent de tout (sauf des discriminations financières dûes à la crise), tout va mal. Consolons-nous aujourd’hui : ça risque d’être pire demain…

    Désolé d’être pessimiste malgré le soleil revenu (pour combien de temps ?), Alphonse…

  4. MV dit :

    Puis-je me permettre une remarque, avec une question?
    L’être humain, aucunement pourvu d’instinct et de réflexe animaliers, peut par contre, à la place, s’en remettre souvent à des raccourcis de pensée, en utilisant des bribes de celles des autres, devenues rengaines vidées de substance et de vérité. Aussi, quelle perception et quelle définition de la laïcité ou d’une personne laïque, peut avoir aujourd’hui, un(e) citoyen(ne) français(e) « ordinaire »?
    Il me semble que dans le raccourci collectif français, la laïcité n’est rien d’autre que la lutte sans merci d’une faction de non croyants qui cherche à neutraliser les religieux, catholiques principalement (genre « instit » qui « bouffe » du curé). Un laïque se confond avec un athée, un agnostique quand il n’est pas, en plus, politisé. Un laïque professerait une sorte de nouvelle croyance à l’instar d’une nouvelle religion.
    Cela prouve que les gens confondent « Public » et « Privé », n’ont pas compris comment préserver la liberté individuelle, et la démocratie.
    Le travail de fond pour pallier cette erreur, serait de faire pédagogie, pour
    qu’on réalise que la laïcité est à un autre niveau que la croyance religieuse ou politique ou autre. Elle est au-dessus, détachée, et garante grâce à cette distance et cette position supérieure à tout croyance de quelque nature qu’elle soit, de la liberté de chacun de vivre a propre pensée.
    Je pense que l’on peut à la fois être catholique et laïque, si l’on est tolérant, mais aussi être athée et pas laïque du tout, si l’on est intolérant.
    Il faudrait enseigner avec succès que la Laïcité n’est pas une croyance, mais une catégorie différente, inspirée par la culture, résultat de la civilisation; elle et de l’ordre du droit, et c’est pour cela qu’elle exige la loi.
    Que les gens sachent que si la lutte laïcité-religion a eu lieu et continue, c’est pour préserver chacun dans son « privé », en ne confiant au « public » que les dispositions valant pour toutes les sensibilités.
    Expliquons cela avec des mots simples, expliquons encore, expliquons toujours, c’est facile à comprendre.
    Il faut toucher à la représentation mentale du concept « laïque » ou « laïcité »;
    Ce peut être le rôle de l’école, mais c’est aussi le devoir de tous.

  5. MV dit :

    Toutes mes excuses pour l’emploi erroné à deux reprises de « laïque » à la place du substantif « laïc »: « un laïc se confond… »,  » un laïc professerait… »

Laisser un commentaire