Quelqu'un m'a ditTribune de Rony Brauman, Régis Debray, Edgar Morin et Christiane Hessel

Publié dans le journal Le Monde, daté du 5 août :

« « Quand la violence crée une spirale incontrôlée et la mort de 300 civils innocents, la situation exige une réponse urgente et déterminée »,viennent d’indiquer à bon escient le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, et le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, au moment d’élever au niveau 3 les sanctions économiques contre la Russie.

On ne sait pas si le président russe, Vladimir Poutine, où l’un de ses subordonnés, a donné l’ordre de faire sauter en vol le Boeing 777 de la Malaysia Airlines. Mais il y a déjà cinq fois plus de civils innocents massacrés à Gaza, ceux-là soigneusement ciblés et sur l’ordre direct d’un gouvernement. Les sanctions de l’Union européenne contre Israël restent au niveau zéro. L’annexion de la Crimée russophone déclenche indignation et sanctions. Celle de la Jérusalem arabophone nous laisserait impavides ? Peut-on à la fois condamner M. Poutine et absoudre M. Nétanyahou ? Encore deux poids deux mesures ?

Nous avons condamné les conflits interarabes et intermusulmans qui ensanglantent et décomposent le Moyen-Orient. Ils font plus de victimes locales que la répression israélienne. Mais la particularité de l’affaire israélo-palestinienne est qu’elle concerne et touche à l’identité des millions d’Arabes et musulmans, des millions de chrétiens et Occidentaux, des millions de juifs dispersés dans le monde.

Ce conflit apparemment local est de portée mondiale et de ce fait a déjà suscité ses métastases dans le monde musulman, le monde juif, le monde occidental. Il a réveillé et amplifié anti-judaïsme, anti-arabisme, anti-christianisme (les croisés) et répandu des incendies de haine dans tous les continents.

Nous avons eu l’occasion de nous rendre à Gaza, où il existe un Institut culturel français ; et les SOS que nous recevons de nos amis sur place, qui voient les leurs mourir dans une terrible solitude, nous bouleversent. N’ayant guère d’accointances avec les actuels présidents du Conseil et de la Commission européens, ce n’est pas vers ces éminentes et sagaces personnalités que nous nous tournons mais vers vous, François Hollande, pour qui nous avons voté et qui ne nous êtes pas inconnu. C’est de vous que nous sommes en droit d’attendre une réponse urgente et déterminée face à ce carnage, comme à la systématisation des punitions collectives en Cisjordanie même.

Les appels pieux ne suffisent pas plus que les renvois dos à dos qui masquent la terrible disproportion de forces entre colonisateurs et colonisés depuis quarante-sept ans. L’écrivain et dissident russe Alexandre Soljenitsyne (1918-2008) demandait aux dirigeants soviétiques une seule chose : « Ne mentez pas. » Quand on ne peut résister à la force, on doit au moins résister au mensonge. Ne vous et ne nous mentez pas, monsieur le Président.

On doit toujours regretter la mort de militaires en opération, mais quand les victimes sont des civils, femmes et enfants sans défense qui n’ont plus d’eau à boire, non pas des occupants mais des occupés, et non des envahisseurs mais des envahis, il ne s’agit plus d’implorer mais de sommer au respect du droit international.

La France est bien placée pour initier un mouvement des grands pays européens pour la suspension de l’accord d’association entre Israël et l’UE, accord conditionné au respect de nos valeurs communes et des accords de paix souscrits par le passé. De même pourrait-elle faire valoir qu’un cessez-le-feu qui déboucherait sur un retour au statu quo ante, lui-même déjà intolérable, ne ferait que contribuer au pourrissement de la situation et donc au retour de l’insécurité pour les uns comme pour les autres.

L’enfermement complet n’est ni viable ni humain. Pourquoi la police européenne ne pourrait-elle revenir sur tous les points de passage entre Gaza et l’extérieur, comme c’était le cas avant 2007 ?

Nous n’oublions pas les chrétiens expulsés d’Irak et les civils assiégés d’Alep. Mais à notre connaissance, vous n’avez jamais chanté La Vie en rose en trinquant avec l’autocrate de Damas ou avec le calife de Mossoul comme on vous l’a vu faire sur nos écrans avec le premier ministre israélien au cours d’un repas familial.

L’extrême droite israélienne vous semblant moins répréhensible que l’extrême droite française, à quelque chose cette inconséquence pourrait être bonne : faciliter les échanges et les pressions au nom de valeurs communes.

Israël se veut défenseur d’un Occident ex-persécuteur de juifs, dont il est un héritier pour le meilleur et pour le pire. Il se dit défenseur de la démocratie, qu’il réserve pleinement aux seuls juifs, et se prétend ennemi du racisme tout en se rapprochant d’un apartheid pour les Arabes.

L’école stoïcienne recommandait de distinguer, parmi les événements du monde, entre les choses qui dépendent de nous et celles qui ne dépendent pas de nous. On ne peut guère agir sur les accidents d’avion et les séismes – et pourtant vous avez personnellement pris en main le sort et le deuil des familles des victimes d’une catastrophe aérienne au Mali. C’est tout à votre honneur. A fortiori, un homme politique se doit de monter en première ligne quand les catastrophes humanitaires sont le fait de décisions politiques sur lesquelles il peut intervenir, surtout quand les responsables sont de ses amis ou alliés et qu’ils font partie des Nations unies, sujets aux mêmes devoirs et obligations que les autres Etats. La France n’est-elle pas un membre permanent du Conseil de sécurité ?

Ce ne sont certes pas des Français qui sont directement en cause ici, c’est une certaine idée de la France dont vous êtes comptable, aux yeux de vos compatriotes comme du reste du monde. Et il ne vous échappe pas que faux-fuyants et faux-semblants ont une crédibilité et une durée de vie de plus en plus limitées.

Rony Brauman (Ex-président de MSF, professeur à Sciences Po)

Régis Debray (Ecrivain et philosophe)

Edgar Morin (Sociologue et philosophe) (Directeur de recherches émérite au CNRS)

Christiane Hessel (Veuve de Stéphane Hessel) »

14 commentaires pour “Tribune de Rony Brauman, Régis Debray, Edgar Morin et Christiane Hessel”

  1. Gérard Eloi dit :

     » Peut-on à la fois condamner M. Poutine et absoudre M. Nétanyahou ? Encore deux poids deux mesures ? »

    Tu as, comme si souvent, entièrement raison, Jean-Louis.

    Mais combien « pèsent » nos opinions ?

    « De combien de divisions dispose…? », demandait Staline.

    Non, rien n’a changé…:

    http://www.youtube.com/watch?v=V9Po8lSIKww

  2. Raiser Gérard dit :

    Stéphane Hessel nous manque toujours et surtout dans ces moments redoutables; il aurait rapidement interpelez la classe politique, dans son ensemble.

  3. alphonse dit :

    Point de dépit…ni de nostalgie….

    Mais des actes!

    Mais pas n’importe lesquels!

    Comme en foot, il s’agit de ne plus jouer personnel..!

    On peut penser ce qu’on veut de Morin (udi) mais il n’a pas tort de critiquer les effets non de manches, mais de houppelande de Hollande, notamment en matière de politique étrangère…

    J’ai trouvé que le premier vrai discours, vraiment crédible, de Président de la république des Français, il l’a prononcé à Liège, à la commémoration du viol par l’Allemagne de la neutralité belge le 4/8/14: on ne peut rester sans rien faire en Ukraine, à Gaza…

    Mais c’est encore le Président Allemand qui a dit le fin mot de l’Histoire, à Liège: qu’est-ce qui a triomphé à l’enfoncement de la Belgique par des hordes sans foi ni loi?…C’est la LOGIQUE MILITAIRE…par le déni des Conventions Internationales – même sur la guerre! – et des droits l’Homme pour tout dire puisqu’il n’était fait aucune différence entre civils et militaires.

    C’est le grand reproche que l’on DOIT faire à ce Quinquennat « de gauche ».
    N’en déplaise à Ségolène Royal – qui nous « doit » bien ce reproche (elle qui voulait la caserne pour les primo-délinquants!) – on n’a pas vu l’ombre d’une initiative de PAIX, d’envergure, quelque part, de la part de ces 2 gouvernements. Et pas de la France toute seule!
    Et ce n’est pas l’ami Vals qui semble devoir innover en la matière, lui qui n’a que le mot PEUR en bouche, à tout propos, et jusqu’à ses « annonces d malheurs » (malheureuses, sûrement!) sur le plan intérieur économico-social…………..

    Et la Paix, c’est vouloir la République partout, et pas seulement en France, comme résumait Fabius l’autre jour: »ici, la République, là-bas (Gaza) le cessez-le-feu »…..!!

    L’heure est grave – objectivement aussi grave si pas plus qu’à la veille de ’14 – mais je me demande s’il ne faudrait pas commencer un « J’ACCUSE »….déjà, simplement, sur la dissipation de l’Europe!

  4. alphonse dit :

    http://www.lesoir.be/621154/article/debats/editos/2014-08-09/qui-voudra-imposer-une-solution-juste-au-proche-orient

    A mon avis, il faut arrêter de parler de 2 Etats sur la Palestine (qui s’appelle comme cela depuis Hérodote).

    IL faut UN nouvel Etat. Laïc d’abord avec séparation drastique des pouvoirs civils (seuls à s’imposer à tous) et religieux.Démocratique càd dans le respect absolu des minorités culturelles. Et inclusif.

    Que la Knesset ne s’appelle plus la Knesset mais admette le Hamas, le Fatah, etc….Que Tsahal ne soit plus Tsahal mais une armée ordinaire, chargée dans un premier temps d’arrêter et de déghettoïser les colonies, de démanteler le mur de Jérusalem, de construire les infrastructures nécessaires au développement de toutes les parties du territoire en commençant par Gaza.

    Inclusif.
    C’est le mot-clef pour l’avenir de cette région…et de l’ensemble de l’humanité, à commencer par l’Europe.
    Si l’on ne veut pas de la Charia partout, aucune raison non plus d’un Etat d’Israël « proprement dit »…religieux.

  5. AJ77 dit :

    Bonjour Jean-Louis,
    Bonjour à tous,

    Oui, la planète entière est en droit de se sentir interpellée par les «particularités de l’affaire israélo-palestinienne qui conduisent au pourrissement de la situation». C’est précisément la raison pour laquelle il faut demeurer ferme et constant dans la condamnation de ces prétextes entretenant le conflit.

    Il ne convient donc pas de réduire cette analyse par le qualificatif de renvoi dos à dos des colonisateurs surpuissants et des colonisés désespérés. Mais en marge de chacune des populations engagées bien malgré elles, il existe deux camps extrêmes qui s’ingénient à perpétuer la violation des conventions établies par les Nations unies. Ces castes abusent leurs communautés uniquement par ostracisme religieux car ils prônent l’intolérance, à l’instar de ce qui se passe dans l’environnement régional. L’état laïc est rejeté par ces clans. Nous sommes là en présence d’une guerre de religions du XXIème siècle.

    Ne nous y trompons pas et ne nous mentons pas, la paix que prônait notre sage Jean Jaurès commençait par dénoncer l’absolutisme de courte vue à l’échelle de l’histoire de l’homme.

    Amicalement.

  6. Gérard Eloi dit :

    Beaucoup de guerres, même depuis avant les Croisades, les massacres des Catharres et Templiers, la révocation de l’édit de Nantes,…, se disent de religion, AJ.
    Mais je crois que ces religions ne sont qu’hypocrisies qui permettent aux fanatiques de dire qu’ils combattent au nom du Père, en espérant cacher que c’est au nom du fric.
    Le fric dans le conflit Israël-Palestine ?
    Les usines d’armement : les USA avec Israël, et les Russes dans l’autre camp…
    Si les « deux grands » (grands salauds selon moi) décidaient de déclarer la paix au monde au lieu d’y provoquer partout des guerres (parce qu’il faut réduire la population mondiale ???), l’Humanité survivrait peut-être un peu plus longtemps que ce que l’on peut craindre aujourd’hui.

  7. Gérard Eloi dit :

    Voyons maintenant l’Ukraine.

    Révolution, avec l’Ouest du pays favorable à une entrée dans l’UE (je me demande bien pourquoi…), mais l’Est soutenu par la Russie !

    Donc, sanctions occidentales (USA + UE) : il s’agit de « sanctions » contre de hauts personnages russes et ukrainiens. Je ne sais pas très bien quelles sanctions, peut-être photos floutées lors de diverses commémorations, ou absence de tapis rouge, ou…? Mais ça a vexé Poutine. (Susceptible, celui-là. Peut-être un peu parano…Ce qui serait dangereux avec son poste et les pouvoirs y afférant).

    Riposte : embargo sur les fruits et légumes venant de l’UE (ce qui va ruiner des producteurs), et coupure très probable d’un robinet de gaz russe dont le tuyau passe curieusement (comme le monde est mal fait)…par cette Ukraine en guerre.

    Résultats :

    1) Un coup (on pourrait aussi dire coût) terrible, si pas mortel pour les agriculteurs européens. Donc : un secteur, un de plus, en difficulté ici. Donc : accroissement de la misère…Mais depuis le temps qu’elle s’accroît, on a la triste habitude d’encaisser.

    2) Flambée du prix du gaz pour cet hiver.
    Tiens ! Voilà une occasion pour Total de réintroduire ses dossiers « gaz de schiste ».

    Or que, d’après moi, on n’en n’a pas besoin, de ce gaz de schiste dont le mode d’extraction est mortifère pour l’environnement. Parce qu’on dispose de suffisamment de gaz de houille (grisou) dans les anciens charbonnages, lequel tant qu’on ne s’en occupe pas sérieusement, part polluer l’atmosphère 20 fois plus que le CO 2. Tandis que pompé puis brûlé proprement (centrales à double combustion), ça ferait une sacrée différence quant au taux de pollution. En plus, son mode d’extraction est nettement moins agressif pour l’environnement que celui du gaz de schiste.

    En plus du grisou, nous disposons du méthane que l’on peut obtenir par biométhanisation des déchets agricoles. Et encore une pierre deux coups (je n’ai pas dit une bière en deux coups, Alphonse : pour moi, c’est cul sec ou siroter !) : le méthane des déchets agricoles s’en va polluer l’atmosphère (voir les algues vertes de Bretagne). Avec ces algues vertes, on produit déjà de l’électricité Outre-Mer…Et des études traînent ici depuis 2 ou 3 ans, mais sans grands résultats concrets jusqu’ici. Il serait temps de passer à la vitesse supérieure. Notamment en récupérant en amont la matière (lisier) qui fabrique ces algues. Mais…tout ça semble prendre bien du temps. Trop de temps.

    Ma conclusion : et si la crise ukrainienne avait été provoquée par les adeptes du gaz de Schiste et du fric qu’il doit rapporter ???

    D’accord, ça fait théorie du complot. Mais la question méritait d’être posée.

    En plus, pourquoi l’Etat et les collectivités locales n’exploitent-ils pas leurs ressources, même le lisier…?
    Parce qu’au nom du libre échange, un Etat n’aurait plus le droit de « commercer » ?
    Parce que notre gaz (de mine ou de merde) serait moins cher que celui de Poutine, et que celui-ci se plaindrait alors à l’OMC pour « concurrence déloyale » ?

    Les Etats, et les politiques (excuse moi, Jean-Louis) sont-ils devenus les valets d’un impérialisme financier évoluant dans de sombres et sales ruelles d’obscurantisme ?

    Car le « privé » a, lui, le droit de valoriser les merdes :

    http://centpenseespourvous.blogspot.be/2013/11/des-traders-voleraient-memenos-merdes.html

    Cet article montre hélas l’impuissance d’un Etat ou d’une Région face à l’ogre mafieux qui dirige dans l’ombre ce monde en dérive. Il est temps d’arrêter tout ça. Si pas déjà trop tard…

  8. AJ77 dit :

    Bonjour Gérard Eloi,

    Gérard Eloi, je ne vous le fais pas dire : les fanatiques s’approprient les traditions religieuses pour parvenir à leurs fins, sans conteste vous avez raison. La plupart d’entre eux s’inscrivent en faux de toute évolution.
    Mais peut-être que seuls certains, à leur corps défendant, perpétuent des coutumes plus que séculaire. Ne perdons pas de vue que les débuts de l’humanité ont été marqués successivement par la prééminence des chefs spirites qui se sont ensuite associés avec des chefs de tribus, puis vinrent des exploitants d’esclaves, puis des dirigeants de peuples les soumettant à une règle religieuse.
    Enfin vint l’apparition des élans démocratiques, contemporains de l’antiquité perse et grecque alors influencée par la pythie de Delphes. Puis des pouvoirs conservateurs se sont établis, sous diverses autorités : royales, épiscopales, impériales qui n’ont pas hésité à maintenir, voire à innover, parfois même jusqu’à la cruauté, des pratiques dites religieuses pour soumettre leurs administrés.

    Alors arriva l’avènement de l’esprit des lumières et de la révolution française qui ont beaucoup contribué à instaurer les principes de liberté, d’égalité, mais peinent encore malheureusement à obtenir un consensus de fraternité.
    Or, toute religion en principe entend être fraternelle, une reconnaissance trop souvent à géométrie variable quand la préférence de leurs clans interfère. Ainsi, dans les faits, alors qu’une autorité sociale normale peut aisément l’intégrer, le principe de fraternité se heurte à l’autoritarisme de tous les pouvoirs obscurs, il y a entre eux une incompatibilité viscérale.
    Voilà pourquoi, en reprenant le sens de l’évolution, il faudrait plutôt analyser cette cause réelle de la carence en humanité si l’on souhaite atteindre les idéaux de paix.

    Au tout début le pouvoir fut conféré naturellement à ceux qui étaient en position d’acquérir le savoir et en faisaient malgré tout un assez bon usage pour le bien commun.
    Puis des dynasties commencèrent à confisquer le pouvoir, en le partageant peu, en élaborant toute une panoplie d’instruments de privilèges. Ce seront les nombreux titres autocratiques, le statut exorbitant des marchands de monnaie, l’ambivalence du commerce des armes, puis le comblement du vide dans les sociétés développées par l’endoctrinement que l’on peut situer à trois niveaux :
    – au niveau des connaissances. Aujourd’hui, nous subissons les tentatives de mainmise des trusts sur le contrôle scientifique par l’immixtion d’études engluées dans le conflit d’intérêt,
    – au niveau de l’information par la diffusion, ou la rétention, ou la propagande,
    – au niveau de la spiritualité par le détournement des religions traditionnelles.

    P.S. : l’Ukraine, vous vous souvenez peut-être que Poutine annexa la province de Géorgie sans autre forme de délicatesse. Quand un régime se permet d’annexer en imposant son «droit léonin», l’histoire nous a démontré que cela était grave.

    Amicalement.

  9. Gérard Eloi dit :

    Bonsoir cher AJ,

    Ton analyse et ta synthèse historique sont (comme d’hab) impec !

    Je mets notamment en évidence :

    « il faudrait plutôt analyser cette cause réelle de la carence en humanité si l’on souhaite atteindre les idéaux de paix. »

    Pour moi, qui suis fort synthétique et lapidaire, l’analyse sera un peu rapide : la carence en humanité (je dirais même en humanisme) se fait au nom du Père qui cache souvent si pas toujours « au nom du fric ». Car, notamment depuis la crise, il faut de + en + de pauvres pour faire un riche…

    Puis, ta conclusion :

    « l’Ukraine, vous vous souvenez peut-être que Poutine annexa la province de Géorgie sans autre forme de délicatesse. Quand un régime se permet d’annexer en imposant son «droit léonin», l’histoire nous a démontré que cela était grave. »

    Encore une fois, tu as raison.
    Mais a-t-on les moyens de contrer efficacement Poutine ? Hélas non : il détient le robinet du gaz…(et aussi la bombe A), donc, il fait ce qu’il veut. Au nom du fric.
    Pourquoi nos pays dits civilisés n’ont-ils pas (programme de Ségolène en 2007…) voulu créer leur indépendance énergétique, qui aurait été possible, mais qui se heurtait à des saloperies d’intérêts financiers ? Au nom du fric, encore une fois…Mais, hypocritement, pour respecter la sacro sainte libre concurrence…

    Tout va mal, AJ…Espérons que ce ne sera pas pire encore demain. Mais j’en ai peur

    Amicalement, et bon courage…

  10. alphonse dit :

    « carence en humanité »…

    Comment la République Française peut-elle laisser continuer d’être Maire, un Maire français qui a déclaré que des gens du voyage Hitler n’en n’avait eut-être pas tué assez…?!

  11. Gérard Eloi dit :

    Déclaration malsaine et carrément débile. C’est vrai qu’on n’a pas besoin de maires pervers et débiles à la fois…Mais pourquoi a-t-on voté pour « ça » ?

    Notons cependant que des éructations malsaines et débiles, qui n’auront mathématiquement aucun effet (Le connard ne va pas nous ressusciter Hitler et ses hordes) restent moins nocives que des décisions qui se trament dans l’ombre et qui empoisonnent ce qui reste de ce monde pourrissant.

    Vaut mieux lutter (ou tenter de…si c’est encore possible…) contre les réels massacreurs (Bilderberg, Goldman Sachs,…) que contre des crétins qui gueulent dans le vide, et qui vont s’éteindre tout seuls quand ils auront pété leurs cordes vocales.

    Opinion toute personnelle, et très désabusée…

  12. AJ77 dit :

    Bonjour à tous,

    Gérard Eloi,
    Toutes ces tragédies financières ou terreurs mondiales sont incontestables (je le dénonce souvent, hélas si l’on pouvait défaire les méfaits accomplis !). Mais les mécanismes qui sous-tendent ces actes détestables sont à observer dans la tendance qu’ont certains individus à verser dans la mégalomanie. Le narcissisme joue un rôle déterminant dans leur dérive mentale.
    Pour parvenir à exercer leurs exactions ils exhibent leur folie personnelle qui échappe quelquefois au plus grand nombre : un discours hystérique, qui, ajouté à leur travers principal, entraîne des foules peu au fait, voire désinformés, des dangers inhérents à la duplicité du langage.
    Mais les grandes erreurs de l’humanité se trouvent pratiquement toujours incarnées par un individu qui agglutine les rancoeurs dans les situations de crise. Les moyens utilisés par celui-ci, une fois parvenu au pouvoir, seront ceux qui flatteront particulièrement son ego surdimensionné.
    La domination qu’exercent ces individus peut revêtir de nombreux aspects comme l’argent, la sujétion de vassaux, la spiritualité sectaire, et tous les détournements possibles. Il ne faut donc pas désavouer tout et son contraire, comme les ressources nécessaires pour vivre, l’organisation hiérarchique, la spiritualité, et toutes les particularités de l’existence des hommes quand elles sont légitimes.

    Pour Ségolène Royal, j’ai eu l’occasion (voir : «Ségolène Royal au service d’un grand projet énergétique d’avenir») d’exprimer mon point de vue sur le fait que l’excellence environnementale apportera de la valeur ajoutée indispensable à l’Europe afin qu’elle puisse conforter son indépendance dans ce monde globalisé. L’énergie durable fait partie des avancées que l’on peut attendre.

    Alphonse,
    Oui c’est lamentable, à plus forte raison de la part d’un représentant élu qui s’estime affranchi de toute éthique. Heureusement, il est condamné par le Tribunal d’Angers.

    Amicalement.

  13. Gérard Eloi dit :

    Encore une fois, très belle analyse, cher AJ.

    Si on en retient cet extrait…:

    « …un discours hystérique, qui, ajouté à leur travers principal, entraîne des foules peu au fait, voire désinformés, des dangers inhérents à la duplicité du langage.
    Mais les grandes erreurs de l’humanité se trouvent pratiquement toujours incarnées par un individu qui agglutine les rancoeurs dans les situations de crise. Les moyens utilisés par celui-ci, une fois parvenu au pouvoir, seront ceux qui flatteront particulièrement son ego surdimensionné.
    La domination qu’exercent ces individus peut revêtir de nombreux aspects comme l’argent, la sujétion de vassaux, la spiritualité sectaire, et tous les détournements possibles…. »,

    …si on en retient cet extrait, on ne peut penser qu’à Hitler et Staline.

    Grave : ce seraient donc des clones d’Hitler, Staline et Cie qui continueraient de diriger ce monde pourrissant ?

  14. alphonse dit :

    Condamné…mais toujours Maire de la République Française, cher AJ…

    Et nous risquons d’en avoir pas mal, de plus en plus…dans le genre.

    Hélas, peu « éduqués » par certain langage très officiel rangeant les roms, sinon en-dehors de l’histoire, du moins en marge de la civilisation…(je préfèrerais, pour ma part, que leur soit dévolu le statut de religion, à part entière! mais avec lieux de culte…mobiles, donc!).

    Sans aller jusqu’à Staline ou Hitler…- certes! certes! il ne se prévaut encore que de Clémenceau (mais lequel?!!…celui d’avoir été là pour la Victoire…?!, celui de la journée des 8 heures, ou celui qui a fait donner la troupe sur des…civils?) – plutôt que de Jaurès – on ne peut s’empêcher de trouver une sorte d’hystérie, voire de culture d’un ego plus dimensionné que ses compétences patentes et ses résultats jusqu’ici, dans la « com » (mais ce diminutif couvre la quasi totalité de l’être, n’est-ce pas, pour les professionnels de la chose)…de celui en qui l’Elysée a mis ses ultimes complaisances…

    Wait and see…comme depuis 2012.

Laisser un commentaire