Laïcité : pourquoi Najat Vallaud-Belkacem a raison

Retrouvez ci-dessous la tribune que j’ai cosignée avec Nicolas Cadène, pharm publiée sur Marianne :

Par Jean-Louis Bianco et Nicolas Cadène *

Demonstration For The Right Of Veiled Parents - ParisEn conclusion de sa tribune à laquelle nous réagissons aujourd’hui, Alban Ketelbuters, doctorant à l’université de Montréal, cite une essayiste célèbre pour évoquer une « laïcité défensive ».

Nous lui rétorquons que la laïcité n’a pas à être adjectivée. Elle n’a pas à être « défensive » pas plus qu’elle ne doit être de « combat », comme l’a très justement rappelé Najat Vallaud-Belkacem lors de son audition devant l’Observatoire de la laïcité.

La laïcité n’est pas une conviction mais le principe qui les autorise toutes, sous réserve du respect des principes de liberté de conscience et d’égalité des droits. C’est pourquoi, elle n’est ni pro, ni antireligieuse. L’adhésion à une foi ou à une conviction philosophique relève ainsi de la seule liberté de conscience de chaque femme et de chaque homme.

Une des missions de l’Observatoire de la laïcité consiste bien à défendre la laïcité. Tout court. C’est-à-dire, la liberté de croire ou de ne pas croire, et de l’exprimer dans les limites de l’ordre public et de la liberté d’autrui. Également, la séparation de l’Etat et des organisations religieuses. Cette séparation « des Eglises et de l’Etat » implique que l’Etat ne reconnaît, ne subventionne, ni ne salarie, aucun culte et, par suite, ne se mêle pas du fonctionnement des Eglises. De cette séparation se déduit la neutralité de l’Etat, des collectivités et des services publics, mais pas celle des citoyens. La France, République laïque, « assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion ». Le service public ne peut donc montrer une préférence, ou faire preuve d’une attitude discriminatoire, selon l’appartenance ou la non-appartenance religieuse, réelle ou présumée, de ses usagers.

Cette définition de la laïcité découle de la loi du 9 décembre 1905, dont nous souhaitons d’ailleurs voir commémorer chaque année l’anniversaire, à travers des animations interactives. Elle est un principe majeur du vivre ensemble et suppose le refus de son instrumentalisation à des fins stigmatisantes.

Monsieur Ketelbuters, votre obsession sur le foulard et le monde arabe est contestable. On peut être troublé par certains vêtements, certains peuvent mêmes les considérer, comme vous, comme un « étendard de la domination masculine ». Mais il s’agit d’une opinion parmi d’autres. Les femmes concernées pourront vous dire l’inverse, vous expliquer chacune ce qui motive le port du voile. Quelle serait votre position sur un papa portant une kippa pour accompagner sa fille ou un sikh portant un turban pour accompagner ses jumeaux au musée ? N’y aurait-il pas une pointe de sexisme paternaliste dans votre manière de prendre la défense des femmes ? Chacun de ses individus a une raison de le faire, ce n’est justement pas à l’Etat laïque de juger de la pertinence de cette raison.

En effet, le respect de la laïcité ne suppose pas de se concentrer sur la seule apparence. D’une part, cela serait une porte ouverte aux discriminations, d’autre part, nous ne saurions où placer le curseur. Jusqu’à quel point une femme (puisqu’il s’agit des femmes dans votre texte) peut être vêtue ou dévêtue ? Aristide Briand, « père » de la laïcité française, le disait déjà en 1905 : il serait « ridicule, que de vouloir par une loi (…) de liberté, imposer (…) l’obligation de modifier la coupe des vêtements ».

Monsieur Ketelbuters, vous parlez d’une norme sociale que vous voudriez voir mise en place, pas de la laïcité. Rêvez-vous d’un monde où tout le monde s’habillerait selon la modernité validée par on ne sait qui, avec des jupes dont la longueur convient à la femme libérée et des coiffes proclamant l’insoumission ?

Le respect de la laïcité suppose en revanche de se concentrer sur les comportements agressifs ou les pressions religieuses qui peuvent être exercées ici ou là. Ce sont ces comportements qui doivent être fermement refusés et sanctionnés.

Monsieur Ketelbuters, connaissez-vous vraiment la réalité de terrain ? Vous énumérez les éternels mêmes exemples bien connus, mais en quoi sont-ils le reflet de la réalité ? Quels sont les chiffres et quels sont les données objectives ? Nous n’en saurons rien car vous préférez impressionner par l’anecdote plutôt qu’éclairer par la statistique.

Pour cause, la réalité est toute autre. Notre première tâche a été de réaliser un état des lieux le plus objectif et impartial possible, à partir des remontées d’associations privées, des administrations concernées et des acteurs de terrain. Et il nous a surpris nous-mêmes tant il diverge d’un certain traitement médiatique.

Mais, à l’inverse de ce qu’affirme de façon péremptoire Monsieur Ketelbuters, si nous considérons que la France « n’a pas de problème avec sa laïcité » parce que ce principe est partagé par la quasi-totalité des citoyens, ni l’Observatoire de la laïcité ni même son président n’a dit qu’il n’y avait « pas de problème ».

Il y en a et il faut y répondre fermement. Ils sont peut-être plus visibles qu’auparavant, parfois plus violents, plus « explosifs » et soumis à une plus forte médiatisation, via les chaînes d’informations en continue, Internet, les réseaux sociaux, etc. Mais ils sont finalement assez rares et dans la quasi-totalité des cas, se règlent par le dialogue et le simple bon sens.

Bien sûr, dans un but de « clientélisme électoral » inavoué, afin de justifier les peurs qu’ils voudraient voir partager ou, même, de maquiller leur racisme en noble cause, certains, en particulier à l’extrême droite, prennent le risque d’alimenter ou d’encourager par la pression constante ou la stigmatisation permanente l’apparition de nouveaux problèmes. Ils réécrivent les faits ou mélangent les genres et procèdent à la mise en scène de leurs prophéties. Ils font souvent peu de cas de la rigueur, saturent l’espace de leur présence, réussissant la prouesse d’imposer dans l’espace commun une idée du réel qui n’existe pas, ou peu. Les récents sondages sur la perception du poids des musulmans en France ou sur la réalité du communautarisme en ont donné un aperçu inquiétant.

Nous pensons à l’inverse que, collectivement et en particulier les élus, les acteurs de terrain et les médias, nous devons être responsables dans nos actions et dans nos déclarations.

C’est pourquoi nous vous appelons, non pas à l’exacerbation des problèmes, mais à la recherche de solutions aux problèmes réels qui se posent sur le terrain.

Nous vous invitons donc, Monsieur Ketelbuters, à lire nos premiers travaux, nombreux et tous adoptés à l’unanimité des membres de l’Observatoire (sauf un, adopté à une très large majorité).

Vous pourrez ainsi découvrir nos « guides pratiques » rappelant le droit et ce que la laïcité permet et ce qu’elle interdit. Vous ne les mentionnez pas, pourtant, ces guides sont très bien reçus et utilisés par les acteurs de terrain, dans le secteur socio-éducatif, dans les collectivités locales, et même dans les entreprises privées.

À l’Observatoire de la laïcité, nous cherchons des solutions. Nous refusons donc d’alimenter une polémique stérile et dépassée sur les adjectifs qu’il faudrait associer à la laïcité, qui pour nous se suffit à elle-même.

*Jean-Louis Bianco est président de l’Observatoire de la laïcité auprès du Premier ministre et Nicolas Cadène en est le Rapporteur général.

15 commentaires pour “Laïcité : pourquoi Najat Vallaud-Belkacem a raison”

  1. AJ77 dit :

    Bonjour Jean-Louis,
    Bonjour à tous,

    Il semblait pourtant clair que Najat Vallaud-Belkacem n’avait fait que rappeler que le double principe Etat-Citoyens de la loi de 1905, à savoir :
    – La neutralité de l’Etat et de ses rouages administratifs, c’est-à-dire un état a-religieux ;
    – Une République neutre qui ne fait pas de distinction ethno-culturelle (origine, race, religion).

    Pourquoi la posture défensive devrait-elle s’imposer, et de ce fait faire douter de la loi ?
    Malgré l’évocation de ce fait tristement d’actualité par Alban Ketelbuters – un procès engagé contre le journal satirique Charlie Hebdo pour « injure publique à l’égard d’un groupe de personnes à raison de leur religion »- : la loi n’a pourtant pas reconnu le qualificatif injurieux. L’Etat préserve donc sa neutralité religieuse. Ne cherchons pas de problèmes là où ils sont inexistants.

    Amicalement.

  2. alphonse dit :

    Lá oú il faudrait sans doute être moins neutre….c’est à répondre à la « visite » récente de Mr Netanyhaou à Paris…par une reconnaissance unanime et simultanée de l’Etat Palestinien par tous les pays de l’UE….ou alors (ce que j’ai déjà expliqué ici et qui a ma préférence) par leur postulat énergique d’un seul Etat LAÏC …en Palestine…..ce qui empêcherait la continuation de cette guerre de religions.

  3. AJ77 dit :

    Bonjour à tous,

    @alphonse
    Ce sujet a versé au débat la neutralité laïque en France. Cependant la communauté des autres pays de l’UE ne dispose pas d’institutions identiques quand bien même le bon sens vis-à-vis du religieux prédomine.

    Mais quelques pays, hors de l’Europe, prônent au contraire diverses constitutions plus ou moins projetées depuis une conception toute particulière de leur «être suprême», ce qui permet à certains dirigeants du jour d’étaler les plus bas raisonnements que les humains aient jamais inventés.
    Le gigantesque problème de ces états soumettant leurs sujets à «leur interprétation religieuse», question observée d’un point de vue strictement historique, est la propension schizophrénique de leurs dirigeants à vouloir imposer un « dieu homicide » alors que toute l’exégèse élaborée par leurs plus grands hommes a enseigné le contraire, c’est-à-dire qu’il ne faut pas tuer. Stricto sensu, en prêchant et en exécutant la mort à travers ce genre de doctrine soit disant tirée des textes saints, ils se font déicides.

    Maintenant, l’évidence de l’existence simultanée des deux états, palestinien et son corollaire israélien s’impose. C’est pourquoi les deux populations devraient reconnaître l’existence réciproque dans une volonté affirmée. Il faudrait que cessent le grignotage territorial pratiqué par des extrémistes israéliens et les tentatives génocidaires des extrémistes palestiniens, se font jour là, la plupart du temps, de dangereuses ambitions d’idéologistes religieux. Quant à voir apparaître dans cette région un seul état laïc il me semble qu’il faille encore attendre les jours où ces questions qui nous préoccupent aujourd’hui appartiendront au passé.

    Amicalement.

  4. alphonse dit :

    Au lieu de courir sans cesse à la traîne des provocations de ses extrêmes droite comme gauche…le PS français au pouvoir ne ferait-il pas bien d’expliquer plutôt deux fois qu’une les expressions concrètes, et non d’apparence, de la laïcité en interne (- au lieu donc de se sentir obligé de rappeler les grands principes des pères à chaque fois que les populistes profitent de tout ce qui peut les torpiller -)….
    et lancer une grande initiative européenne pour couler en force de Traité UE fondamental la laïcité « à la française » dont, en somme, tous les pays de l’UE ont grand besoin en interne également (voir l’Allemagne déjà en ce moment).

    Ce qui implique d’abord de mettre sous le boisseau la religion « spécifique » en cause lors de l’établissement de la loi du père Aristide Briand (quand il riait de normes de confection, il ne pensait pas à la burka ou au nikhab!)…On en est encore, si je comprends bien, plus qu’aux apparences, quant aux compensations des biens ecclésiastiques confisqués par les sans-culottes..!
    Et l’on voit bien où la laïcité selon Sarkosy a toujours ses préférences!
    Le rappel à l’ordre du Pape à ce qu’on ne se moque pas des religions, est venu refroidir quelque peu la ola Charlie…sans réaction de la Laïcité, je crois…

    La question palestinienne est étroitement liée à tout ceci.
    Admettons qu’il soit d’abord déjà pas mal de reconnaître un Etat palestinien.
    Mais il va ressembler à quoi?
    Imagine-t-on dans les limites de l’Hexagone, un Etat distinct de « la France » et qui comprendrait disons la Bourgogne de Charles le Téméraire associée à la Bretagne et l’Anjou….plus une petite Bande Lille-Roubaix…??!!!
    Mais ce n’est pas seulement géographique, en Palestine: a-t-on bien compris ce que signifie la « coupure » des subsides considérables en dollars payés régulièrement par Israël pour les besoins élémentaires des habitant de Gaza (subsides payés sans doute à des Israëliens fournissant eux-mêmes les biens de premières nécessité avec tout bénéfices…!!)
    Sans parler de la mainsd’oeuvre palestinienne, avec ses contre-maîtres bien coachés par les dirigeants palestiniens, qui travaillent à l’établissemment même des colonies israëliennes..!

    Mais sur le plan de fondement idéologique même de ces deux « nations » interpénétrées…: ne voilà-t-il pas une préfiguration parfaite de ce que notre excellent AJ77 nomme: « Le gigantesque problème de ces états soumettant leurs sujets à «leur interprétation religieuse», question observée d’un point de vue strictement historique, est la propension schizophrénique de leurs dirigeants à vouloir imposer un « dieu homicide » alors que toute l’exégèse élaborée par leurs plus grands hommes a enseigné le contraire, c’est-à-dire qu’il ne faut pas tuer. Stricto sensu, en prêchant et en exécutant la mort à travers ce genre de doctrine soit disant tirée des textes saints, ils se font déicides. »

    Notons au passage que la grande expression religieuse majoritaire dans la « communauté occidentale », n’a pas échappé à cette terrible description. Jusqu’il n’y as pas si longtemps!

    Donc, urgence d’inventer une Laïcité…d’UN Etat palestinien…
    Mais bon..d’abord deux, pour commencer, …et on verra que le reste suivra …très facilement, les « réalités » économiques aidant!

  5. alphonse dit :

    « Valls dénonce un «apartheid territorial, social et ethnique» en France »…titre Libé sur le net…

    Quasi aussi pire qu’en Palestine, quoi…!?!!!

    Et c’est LUI qui le dit…!
    Un SOCIALISTE (ce qu’il prétend moins, c’est vrai!)…!….à l’ancrage populaire…………….

    Cependant qu’il ne changera pas le cap de ce quinquennat….dont la politique est de continuer à rogner la sécu, sous couvert de détails pour la gauche, et à approfondir le gap entre très riches et autres, sachant que l’essentiel de la richesse des riches, à l’heure actuelle, est de capter un maximum d’argent public, et comme toujours, d’échapper au fisc!

    (…je sais, je sais…c’est hors sujet….)

  6. alphonse dit :

    Je viens de bien rire…..

    Au journal parlé de Frinter, la dame explique que la Bourse (la grecque, je crois, mais….peu importe!) avait démarré en forte baisse…..mais que maintenant, fin de matinée donc, elle avait (déjà) ANNULé SA PERTE….!!!

    Annulé sa perte…

    Comment se fait-il qu’on (les mêmes!) ne puisse(nt) aussi facilement ANNULER la DETTE…………….?!

    (ce jp survenait après un dialogue de sourds entre l’idéologie politique et l’idéologie de la profitation…dans l’industrie et surtout le commerce pharmaceutique….à réécouter, ça valait la peine!… »idéologie » étant le principal « argument » du représentant en pharmacie)

    Rien àvoir, bien sûr, et encore une fois avec…..notre Najat nationale…!!!

  7. Gérard Eloi dit :

    Annuler la dette : longtemps que j’en parle Alphonse.

    Peut-être un quelqu’un fera-t-il parvenir le rappel de la méthode Bonfonds-Fiorentino-Toussaint-…à notre camarade Tsipras :

    http://centpenseespourvous.blogspot.be/2015/01/alexis-tsipras-derniere-chance-pour.html

    Eradiquer la partie illégitime de la dette, en faisant boule de neige (Italie, Espagne,…) me semble un moyen plus performant que l’espoir de dommages de guerre par l’Allemagne…

  8. alphonse dit :

    Oui, Gérard!

    Mais un grand préalable serait nécessaire: retirer les Etats de tous les intérêts qu’ils ont en Bourse…!!!

    Comment voulez-vous que les pouvoirs publics contrôlent et régulent la finance et l’économie…s’ils sont pieds et mains liés dans des sociétés cotées en Bourse, dans des emprunts liés à la Bourse, des investissements dans des produits pourris par la titrisation, ou basés sur le…..franc suisse!!!!

    Comment voulez-vous éviter que Jospin ne puisse rien dire à Michelin, qu’on ne puisse rien faire pour le rachat d’Althom….etc….etc…influer sur la « politique » de l’Edf…..ne plus pouvoir rien faire sur GDF passé Suez…..etc…etc…. Ne plus pouvoir rien demander au Medef, arrosé de crédits d’impôt, d’aides aux entreprises, de monopole des recherches-développement, d’organismes de contrôle contrôlés par les contrôlés……..mais au contraire essuyer les sarcasmes du fils Gataz…..et finir par faire « pression Charlie » sur les syndicats pour rouvrir le dialogue social…..!!!

    Infernal!

  9. Gérard Eloi dit :

    Très beau complément d’infos, Alphonse, merci.

    J’espère que Tsipras ne va pas tarder à montrer le chemin…Il est grand temps, s’il n’est déjà trop tard.

  10. alphonse dit :

    « Jean-Claude Juncker souligne s’être entretenu avec le nouveau Premier ministre Alexis Tsipras dès lundi, au lendemain de sa victoire aux élections législatives.
    Il m’a dit qu’il ne se voyait pas comme un danger, mais comme un défi pour l’Europe. Ce à quoi j’ai répondu que l’Europe n’est pas un danger pour la Grèce, mais un défi », raconte-t-il.

    « Alexis Tsipras jure que la Grèce n’acceptera plus l’austérité. Les pays de l’euro répondent qu’il n’y aura plus de crédits si la Grèce s’affranchit de ses engagements », ajoute-t-il, plaidant pour « que la Grèce soit un acteur constructif » dans la zone euro et l’UE. » (Nobs/web ce jour)

    Quand c’est qu’on va où, avec ça…?
    QUI va répondre à Juncker « his master voice of Merkel »…??!
    QUI va parler avec le peuple grec..?

    Mr Macron et sa construction à tout va,…et le « secret des affaires »…surtout fiscales…??!

  11. Gérard Eloi dit :

    Très bel edito à ce sujet de Matthieu Croissandeau dans l’Obs d’aujourd’hui, Alphonse.

    Qui doit tackler Juncker ? L’ensemble de la Gauche européenne. Notamment les socialistes, car faute d’une nouvelle démonstration de tiédeur de leur part, ils sont condamnés à disparaître, comme ça s’est passé en Grèce. Donc, si Hollande ne bouge pas enfin un peu dans le bon sens, on va voir Méluche faire le boulot et récupérer les frondeurs et bien d’autres.

  12. alphonse dit :

    Pour en revenir à la laïcité….

    « 01 fév 2015
    Tuer, condamner, injurier, désigner au nom d’un Dieu »

    c’est le dernier article fourni par Michèle Delaunay sur son blog.

    Bien construit, point de vue original.

    Pas étranger à cette belle inspiration?Sous son avant-dernier titre « Liberté n’est pas légèreté d’expression »
    j’avais provoqué un peu en amenant des citations fumantes de « Par delà le Bien et le Mal » de Nietzche…pour expliquer que je ne trouvais pas très sérieux la « fuite » de juifs de France vers Israël et des appels de Netanyhaou dans ce sens…..
    « conneries de Nietzche » m’a répondu son mari…!!!

  13. Gérard Eloi dit :

    J’ai lu, Alphonse,…

  14. alphonse dit :

    NietZSche..donc…

    Si l’on veut bien considérer que le racisme, à l’époque (comme à celle de Voltaire, cité par « louis » sous l’article de MDelaunay) n’était pas encore un péché (la laïcité n’existait pas!)….mais une sorte de fondement du nationalisme….
    presque tout est prophétique et actuel dans ce texte de l’allemand.

    Et surtout l’Europe, dont il fait une future « nation » et où il pense que les juifs ne pensent qu’à s’épanouir, et l’appel, peu après la guerre de Septante (en français, dans mon texte!) à la cessation des hostilités, évidemment très peu suivi…!!!

    Même les propos terriblement anti-anglais de ce texte doivent être compris, chez Nietzsche, comme la stigmatisation de l’Angleterre comme le berceau….de la « démocratie » dont la « pointe » la plus négative fut la Révolution Française et l’hémorragie de la Terreur…et sa détestation corrélative du…socialisme, qu’il oppose aux valeurs aristocrates et nobles…
    Et, justement, les Anglais sont occupés ces-jours-ci, à célébrer le premier Acte concédé par le pouvoir absolu monarchiqe vers un « état de droit »…des droits de l’homme.

    Dans son idéalisation des valeurs aristocrates et nobles – dont il fit de Napoléon son champion, bien à tort!!! – n’est-ce pas au total la suprématie des valeurs individuelles qu’il défend contre tous les abolutismes qu’ils soient de droit divin ou même de …souveraineté NATIONALE…?!!

    Et n’est-ce pas ce NATIONALISME qui est le pire ennemi de tout le vivre ensemble humain..?
    Et n’est-ce pas par manque de noblesse (celle d’un Jaurès!…ou même d’un De Gaulle) que le socialisme finit par se diluer en concours de cynismes..?

    Savez-vous qu’il revient à l’ordre du jour, en Belgique, suite à l’échec de plus en plus annoncé de son gouvernement « à la suédoise »,….d’un rattachement de la Wallonie à la France…???!
    Je ne vois pas très bien, ni ce que la Wallonie, ni ce que la Flandre, ni ce que la région bruxelloise, ni ce que la France, ni ce que l’Europe…aurAIT à y gagner…!

  15. alphonse dit :

    Il faudrait répondre à « Isabelle » Badinter aussi, Monsieur Bianco…

    « Je ne pardonne pas à la gauche d’avoir abandonné la laïcité »
    Mardi 03 Février 2015 , dans Marianne…

    extrait:
    « ….il me semble aussi désolant que la gauche accorde un tel pouvoir aux curés, aux imams et aux rabbins : c’est religieux, c’est sacré ! Ce fut un choc, à l’époque,…(la phrase stupéfiante de Lionel Jospin à l’Assemblée : « Nous essaierons de les convaincre d’ôter ce signe religieux, mais, si elles ne veulent pas, nous les accepterons. » ) …de se découvrir soudain minoritaire à gauche.

    Pourquoi cette minorité, dont vous faisiez partie à gauche, est-elle restée fidèle à sa tradition laïque ?
    Il y a plusieurs raisons en ce qui me concerne. Je suis d’abord, philosophiquement, universaliste. Je crois aux bienfaits des valeurs universelles : on a toujours intérêt à mettre en avant nos ressemblances plutôt que nos différences. Je ne crois pas à la différence heureuse.
    Ensuite, je suis juive : l’histoire familiale m’a appris que l’on avait tout intérêt à ne former qu’une seule humanité. Je regrette d’ailleurs que, en réaction à l’abdication de la laïcité face à l’intégrisme musulman, la partie communautariste des juifs se soit renforcée, développant le port de la kippa en public, et que certains catholiques réagissent de même, comme on vient de le voir à propos des crèches dans les mairies.
    Enfin, je suis féministe et je me méfie extraordinairement du pouvoir des religieux et de leur vision de la femme. Que l’on impose aux femmes de cacher leurs cheveux parce que des hommes les tiennent responsables d’un désir sexuel qu’ils ne savent pas maîtriser me fait bondir. Il m’est insupportable que la gauche l’accepte, notamment au sein de l’école publique, censée avoir pour objectif de développer la raison et de lutter contre les préjugés ! »
    « On est passé du cogito ergo sum – « Je pense donc je suis » – au credo – « Je crois, donc j’existe »… »

Laisser un commentaire